Di Rupo seul au sommet de l'Otan à Newport

04/09/14 à 08:50 - Mise à jour à 08:50

Le Premier ministre sortant Elio Di Rupo s'envole ce jeudi, sans ses collègues des Affaires étrangères et de la Défense, Didier Reynders et Pieter De Crem, pour Newport au Pays de Galles, où se tient durant deux jours le Sommet de l'Otan des chefs l'Etat et de gouvernement consacré à la crise ukrainienne et l'avenir en Afghanistan.

Di Rupo seul au sommet de l'Otan à Newport

Elio Di Rupo © Belga

Didier Reynders, cité comme candidat à la Commission européenne, et Pieter De Crem restent en Belgique alors que se déroulent les négociations pour la formation du futur gouvernement fédéral. Leurs sièges à Newport ne resteront pas vides pour autant. Ils seront occupés par des ambassadeurs. Toutefois, ceux-ci n'auront pas le même poids politique que les ministres.

Obama et Cameron unis

Par ailleurs, le président américain Barack Obama et le Premier ministre britannique David Cameron ont affiché une position unie pour soutenir l'Ukraine face à la Russie, dans une tribune publiée jeudi par le quotidien The Times, peu avant le début du sommet de l'Otan.

"La Russie a violé les règles avec son annexion illégale et autoproclamée de la Crimée et avec l'envoi de troupes sur le sol ukrainien menaçant et sapant les fondations d'un Etat souverain", écrivent les deux dirigeants. "Avec la Russie qui essaye de forcer un Etat souverain à abandonner son droit à la démocratie et qui détermine son avenir avec le canon d'une arme, nous devrions soutenir le droit de l'Ukraine à déterminer son propre avenir démocratique et continuer nos efforts pour renforcer les moyens de l'Ukraine", poursuivent-ils.

Cette tribune affirme que l'Alliance devrait mettre sur pied une présence "permanente" en Europe de l'Est soutenue par une force de réaction rapide composée de forces spéciales terrestres, aériennes et maritimes qui pourrait "être déployée n'importe où dans le monde très rapidement".

MM. Obama et Cameron appellent les autres membres de l'Otan à respecter leur objectif de consacrer au moins 2% de leur PNB aux dépenses militaires afin de montrer que "notre résolution collective est aussi forte que jamais".

Enfin, la tribune affirme que Washington et Londres "ne faibliront pas dans (leur) détermination à affronter" les extrémistes de l'Etat islamique agissant en Irak et en Syrie, qui ont tué deux otages américains et menacé de tuer un ressortissant britannique. "Si des terroristes pensent que nous faibliront face à leurs menaces, ils ne peuvent pas se tromper davantage. Des pays comme la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ne se laisseront pas intimider par des assassins barbares", affirment les deux dirigeants.

En savoir plus sur:

Nos partenaires