Deux collaborateurs MSF, dont un belge, tués en Somalie

30/12/11 à 09:23 - Mise à jour à 09:23

Source: Le Vif

Médecins Sans Frontières (MSF) a confirmé dans un communiqué ce matin, la mort de deux membres de son personnel, tués lors d'une fusillade jeudi matin dans un bâtiment de l'organisation à Mogadiscio. L'un d'eux est Belge.

Deux collaborateurs MSF, dont un belge, tués en Somalie

© Image Globe

Il s'agit de Philippe Havet, un coordinateur d'urgence expérimenté de 53 ans qui travaillait avec MSF depuis 2000 dans de nombreux pays dont l'Angola, la République démocratique du Congo, l'Indonésie, le Liban, la Sierra Leone, l'Afrique du Sud et la Somalie.

L'autre employé est indonésien. Il s'appelait Andrias Karel Keiluhu est était mieux connu sous le nom de "Kace". Il était un médecin et avait 44 ans. Il travaillait pour MSF depuis 1998, tant en Indonésie, qu'en Ethiopie, en Thaïlande et en Somalie.

L'un des travailleurs humanitaires a perdu la vie pendant la fusillade. L'autre a été transféré dans un hôpital où il est décédé en soirée après une intervention chirurgicale, précise encore MSF.

Les circonstances exactes de la fusillade ne sont pas encore claires. MSF va délocaliser certains collaborateurs pour des raisons de sécurité, mais reste engagée à poursuivre son travail humanitaire à Mogadiscio et dans le reste de la Somalie.

"Notre priorité est de prendre soin des personnes les plus affectées par cette tragédie, en particulier les familles et les collègues des victimes", affirme MSF dans un communiqué.

L'auteur des tirs serait un Somalien ayant travaillé pour Médecins sans frontières (MSF), a rapporté la police. Un responsable de MSF, qui a demandé à garder l'anonymat, a également dit que le tireur avait travaillé pour l'organisation humanitaire.

Abdullahi Barise, porte-parole de la police, a dit que le tireur avait été placé en détention. Il a été traîné hors du bâtiment alors qu'il tenait toujours une arme à la main. "L'homme était armé d'un pistolet et, d'après nos informations, il s'était querellé avec le coordonnateur. C'est épouvantable", a dit Barise en précisant que le suspect avait été logisticien pour le compte de l'agence.

Les Affaires étrangères belges sont prêtes à aider MSF

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a pris contact avec Médecins sans Frontières et a proposé l'aide de ses services. "Les Affaires étrangères font tout ce qu'elles peuvent pour aider MSF", a commenté le porte-parole du ministre, Michel Malherbe.

Cette aide concerne notamment le rapatriement du corps. Le corps de Philippe Havet va être transféré dans un premier temps au Kénya. "Nous allons donc aider via notre ambassade à Nairobi et voir ce que nous pouvons faire d'autre", a précisé M. Malherbe.

MSF est présente en Somalie de manière continue depuis 1991 et travaille actuellement dans 13 projets comprenant des activités médicales liées à l'urgence actuelle, des campagnes de vaccination et des interventions nutritionnelles. MSF apporte également une assistance aux réfugiés somaliens dans les camps de Dadaab, au Kenya et Dolo Ado, en Ethiopie.

Vague d'enlèvements

L'attaque est survenue dans un secteur de la capitale placé sous le contrôle de troupes du gouvernement somalien et de l'Union africaine.

A la mi-octobre, des hommes armés ont enlevé au Kenya, près de la frontière somalienne, deux travailleurs humanitaires espagnols qui étaient employés par MSF.

La semaine dernière, un inconnu a abattu trois travailleurs humanitaires somaliens dont deux employés du Programme alimentaire mondial (Pam) à Matabaan, ville située dans une région du centre contrôlée par la milice Ahlu Sunna, qui soutient le gouvernement de la Somalie.

Des troupes du Kenya sont entrées en Somalie en octobre après une vague d'enlèvements et de raids transfrontaliers imputés aux rebelles islamistes d'Al Chabaab, notamment le rapt des Espagnols travaillant pour MSF.

La police kényane a dit soupçonner des insurgés du groupe Al Chabaab d'avoir blessé par balle jeudi soir un membre des comités de sécurité des camps de réfugiés de Daadab (Kenya), près de la frontière.

Le Vif.be, avec Belga et L'Express.fr

Nos partenaires