Des milliers de partisans du Hezbollah protestent à Beyrouth contre la décision de Trump

11/12/17 à 20:43 - Mise à jour à 20:43

Source: Afp

Plusieurs milliers de partisans du Hezbollah libanais ont manifesté lundi, aux cris de "mort à l'Amérique", contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Des milliers de partisans du Hezbollah protestent à Beyrouth contre la décision de Trump

© AFP

Les protestataires ont défilé dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion du puissant parti pro-iranien, sous le slogan "Jérusalem, capitale éternelle de la Palestine".

"Jérusalem est à nous", pouvait-on lire sur de nombreuses pancartes brandies par les manifestants, qui portaient également des drapeaux palestiniens et du Hezbollah et scandaient "Mort aux Etats-Unis", "mort à Israël".

Le Hezbollah, puissant mouvement armé soutenu par l'Iran, est l'ennemi juré d'Israël.

Le rassemblement qui s'est tenu à son appel lundi n'a pas connu de débordements, contrairement à la manifestation de la veille près de l'ambassade américaine, au nord de Beyrouth.

"Nous n'abandonnerons jamais Jérusalem", a toutefois prévenu le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'un discours retransmis sur grand écran à la fin de la manifestation.

"Tous les peuples arabes doivent répéter avec le peuple palestinien +Nous serons des millions de martyrs à nous sacrifier pour Jérusalem+", a-t-il ajouté.

Après des années de lutte contre des groupes djihadistes, notamment en Syrie --où le Hezbollah combat encore auprès du régime de Damas--, la priorité doit de nouveau être "la Palestine", a encore fait valoir M. Nasrallah.

"L'axe de la Résistance", a-t-il dit en référence à l'alliance entre Téhéran, Damas et le Hezbollah, "sort d'une épreuve ces dernières années" et "s'apprête à finir sa bataille contre les takfiris" (les djihadistes, ndlr), a-t-il dit.

"La priorité de l'axe de la Résistance sera de nouveau la Palestine, le peuple palestinien et la résistance palestinienne", a encore souligné le chef du parti.

Qualifiant la mesure de Donald Trump d'"agression", il a exhorté à faire en sorte que cette "stupide décision américaine soit le début de la fin" d'Israël.

"Nous, au Hezbollah, nous assumerons entièrement notre responsabilité", a prévenu Hassan Nasrallah.

En 2006, Israël a mené une guerre dévastatrice contre le Hezbollah au Liban, qui a tué plus de 1.200 Libanais, pour la plupart des civils, et 120 Israéliens, en majorité des soldats.

Nos partenaires