Des centaines de morts dans une catastrophe minière en Turquie

13/05/14 à 18:34 - Mise à jour à 18:34

Source: Le Vif

Une violente explosion a fait de nombreux morts dans une mine de charbon de la province de Manisa, dans l'ouest de la Turquie. 787 employés se trouvaient dans la mine au moment de l'explosion.

Des centaines de morts dans une catastrophe minière en Turquie

© REUTERS/Osman Orsal

8h00: "Les espoirs de retrouver des survivants s'amenuisent"

"Les espoirs de retrouver des survivants s'amenuisent" dans l'accident minier survenu mardi dans l'ouest de la Turquie, a annoncé mercredi matin le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Taner Yildiz. Selon un bilan provisoire du drame, l'un des pires de la Turquie, 201 mineurs ont été tués et "un incendie continu" dans le puits situé à Soma, district de la province de Manisa, a indiqué le ministre sur place à la presse.

Pas moins de 787 employés se trouvaient dans la mine au moment de l'explosion, survenue mardi tard dans la soirée, et plusieurs centaines d'entre eux sont toujours coincés sous terre, a indiqué le ministre Taner Yildiz, précisant que 80 mineurs secourus étaient blessés dont quatre grièvement.

Mardi vers 12h30 GMT (14h30 à Bruxelles), une explosion qui aurait été provoquée par une panne dans un transformateur électrique a provoqué un effondrement empêchant de nombreux mineurs de sortir à l'air libre.

4h52: Le bilan monte à 201 morts

Au moins 201 personnes ont été tuées et des centaines d'autres restaient piégées sous terre après une explosion survenue dans une mine de charbon de l'ouest de la Turquie, a indiqué mercredi le ministre turc de l'Energie.

2h52: On dénombre 166 morts selon un nouveau bilan officiel, 400 mineurs sous terre

Au moins 166 personnes ont été tuées et plus de 400 autres restaient piégées sous terre après une explosion et un incendie survenus dans une mine de charbon de l'ouest de la Turquie, a indiqué mercredi le ministre turc de l'Energie.

23h55: Au moins 157 morts (maire de Manisa)

Au moins 157 mineurs ont été tués et des centaines restent bloqués sous terre après une explosion dans une mine de charbon dans l'ouest de la province turque de Manisa mardi, a annoncé le maire.

"Selon des chiffres officieux, le bilan des morts s'élève à 157 et celui des blessés à 75", a dit le maire de Manisa Cengiz Ergun à la chaîne de télévision CNN Turk. L'Agence officielle de gestion des désastres AFAD avait fait état plus tôt dans la soirée de 17 morts.

21h47: Au moins 5 mineurs tués et des centaines bloqués sous terre

"Nous avons appris que cinq personnes ont été tuées et 30 sauvées", a dit le maire de Manisa, Tchengiz Ergun, au moment où des secouristes tentaient désespérément d'atteindre les mineurs pris au piège. L'explosion aurait été provoquée par une panne dans un transformateur électrique vers 12h30 GMT.

Dans la soirée les secouristes s'efforçaient d'injecter de l'air frais dans les galeries où les mineurs étaient prisonniers, à environ 2 km de profondeur et à 4 km de l'entrée de la mine située dans le district de Soma. Les pompiers ont indiqué qu'une épaisse fumée compliquait leur progression. Un hélicoptère de secouristes a été envoyée sur le lieu tandis que l'armée a dépêché des équipes d'une vingtaine de personnes, selon l'agence de presse Anatolie.

Les mineurs disposeraient de masques à gaz mais on ignoraient combien de temps ils pourraient tenir sans être secourus.

Selon des médias locaux, 580 personnes se trouvaient dans la mine au moment de l'explosion mais un grand nombre d'entre eux ont réussi à s'échapper. De nombreux parents des mineurs, inquiets voire même en larmes, se sont rendus à proximité du site.

"Je ne veux donner aucun chiffre. Notre priorité est d'atteindre nos employés sous terre", a dit à la presse le ministre de l'Énergie Taner Yildiz qui s'est rendu à Manisa. "Quatre équipes de sauveteurs travaillaient dans la mine. Le feu crée des problèmes mais de l'oxygène est injecté dans les puits qui n'ont pas été touchés", a-t-il ajouté.

Un député de Manisa a dit qu'entre 300 et 400 personnes étaient encore bloquées tandis que selon d'autres estimations il y en aurait entre 200 et 300.

En savoir plus sur:

Nos partenaires