Déraillement à Moscou : deux contremaîtres interpellés

16/07/14 à 11:39 - Mise à jour à 11:39

Source: Le Vif

Deux contremaîtres ont été interpellés après le déraillement d'une rame du métro de Moscou qui a causé la mort d'au moins 21 personnes, l'accident le plus grave jamais survenu dans le métro moscovite, a annoncé mercredi le Comité d'enquête russe.

Déraillement à Moscou : deux contremaîtres interpellés

© Image Globe

"Les enquêteurs ont interpellé deux suspects pour violation des normes de sécurité dans les transports", a indiqué le comité, principal organe chargé des investigations criminelles en Russie, dans un communiqué. Il s'agit du contremaître Valéri Bachkatov et de son assistant Iouri Gordov.

Selon les enquêteurs, à partir de mai dernier, sur le tronçon où s'est produit la catastrophe mardi matin à l'heure de pointe, des travaux préparatoires avaient été lancés afin d'installer un nouveau système d'aiguillage. "Bachkatov et Gordov ont été directement impliqués dans ces travaux et dans le suivi de leur mise en oeuvre", a ajouté le Comité d'enquête. Or, ces travaux n'ont pas été menés correctement, a estimé cette même source.

Les deux hommes ont d'ores et déjà été interrogés, a précisé le Comité d'enquête, ajoutant qu'ils seront inculpés "au plus vite". Le déraillement de trois voitures du métro de Moscou a provoqué la mort d'au moins 21 personnes et fait plus de cent blessés. Le président russe Vladimir Poutine avait demandé l'ouverture d'une enquête criminelle pour établir les circonstances de cette tragédie.

La presse russe demandait mercredi l'ouverture d'une enquête "transparente" au lendemain du déraillement d'une rame de métro à l'heure de pointe, qui a causé la mort d'au moins 21 personnes, l'accident le plus grave jamais survenu dans le métro moscovite.

"Si l'enquête n'est pas équitable et si elle rejette la responsabilité sur le conducteur ou sur un autre bouc émissaire", les autorités risquent de provoquer la colère des habitants de Moscou, prévient le site Gazeta.ru qui dénonce "les équipements vieillots, les économies faites sur la sécurité, une mise à niveau technologique en retard".

En savoir plus sur:

Nos partenaires