Décès d'un migrant dans le tunnel sous la Manche

07/07/15 à 11:18 - Mise à jour à 11:18

Source: Belga

Un migrant est décédé mardi matin tôt, dans le tunnel sous la Manche, alors qu'il tentait de rallier la Grande-Bretagne, ce qui a entrainé une perturbation du trafic entre la France et l'Angleterre, a-t-on appris auprès de la préfecture du Pas-de-Calais (nord).

Décès d'un migrant dans le tunnel sous la Manche

© Belga - PHILIPPE HUGUEN

Le tunnel, emprunté par des navettes chargés de camions ainsi que par des trains de voyageurs, est la principale voie d'accès à la Grande-Bretagne depuis le continent européen.

Des centaines de migrants tentent chaque jour de s'introduire sur les quais d'embarquement sécurisés à Calais pour se dissimuler dans des camions. Un des six intervalles du tunnel a été fermé pour les besoins de l'enquête, mais le trafic n'a pas été interrompu, selon la préfecture.

"Suite à la détection de migrants sur une navette fret, tôt ce matin, la navette a immédiatement été stoppée", a indiqué la préfecture. C'est lors de l'inspection de sécurité menée par les policiers de la PAF (police aux frontières) que le corps d'un migrant a été retrouvé. "Le trafic a été brièvement interrompu en tunnel dans le sens France vers Grande-Bretagne vers 05H45", a ajouté la préfecture. L'enquête était en cours, notamment pour déterminer les causes de l'accident.

Eurotunnel annonçait peu après 10H00, sur Twitter, des retards de trois heures pour ses navettes en provenance de Grande-Bretagne et d'une heure en provenance de France. Eurostar annonçait pour sa part, également sur le réseau social, des retards de ses trains, une partie de l'Eurotunnel étant "fermée à cause des intrus sur un train des marchandises". Le 26 juin, un migrant originaire d'Ethiopie a trouvé la mort aux abords du tunnel, en tentant de monter dans une navette. L'homme, qui essayait de monter sur un train en marche, avait été projeté sur un pylône en béton.

Selon le dernier décompte de la préfecture, environ 3.000 migrants, essentiellement Érythréens, Éthiopiens, Soudanais et Afghans, qui cherchent à gagner l'Angleterre, sont recensés dans la région de Calais.

En savoir plus sur:

Nos partenaires