Dans les bastions du régime syrien

21/03/16 à 12:25 - Mise à jour à 12:24

Source: Le Vif/l'express

Cinq ans après le début du conflit en Syrie, et à la faveur d'un fragile cessez-le-feu, Le Vif/L'Express a traversé le territoire contrôlé par le régime pour tâter le pouls d'une population exténuée. Un récit exclusif.

A la nuit tombée, tels des êtres errants en recherche d'humanité, les habitants déambulent avec des lampes de poche au milieu des rues détruites. Bienvenue à Homs, ville martyre d'un million d'habitants (avant la guerre), et dont on n'apercevra l'étendue des ravages que le lendemain. Pilonnés pendant des mois par l'armée régulière, des quartiers entiers ne sont plus que des squelettes calcinés que vient adoucir le jaune vif des taxis qui les traversent. Des pans de béton en équilibre instable attendent de se fracasser sur le piéton imprudent. Odeurs de brûlé partout. Quand on sort de cet enfer pour rejoindre la Tour de l'horloge, c'est comme si tout cela n'avait été qu'un cauchemar. Soudain, ce sont des avenues intactes, avec snacks, magasins de vêtements, bijouteries, pâtisseries où l'on se presse pour déguster la spécialité locale, les halawa bel jebneh au fromage et aux pistaches concassées.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires