Daech publie une nouvelle vidéo mettant en scène la destruction d'antiquités en Irak

05/04/15 à 20:11 - Mise à jour à 20:11

Source: Belga

Le groupe Etat islamique a publié sur internet une vidéo mettant en scène des djihadistes détruisant à coups de fusils et de pioches des antiquités sur le site irakien de Hatra, dont la destruction a été dénoncée il y a un mois par l'Unesco.

Daech publie une nouvelle vidéo mettant en scène la destruction d'antiquités en Irak

La forteresse de Hatra, datant de l'époque romaine, en Irak. © BELGAIMAGE/Hubert Debbasch

Hatra, cité antique vieille de 2.000 ans inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, est située à 100 km au sud de Mossoul, dans le nord de l'Irak.

"L'Etat islamique nous a envoyés pour détruire ces idoles parce qu'elles sont vénérées à la place de Dieu", explique l'un des deux djihadistes s'exprimant dans la vidéo de 7 minutes, qui n'est pas datée.

"Des organisations apostates ont assuré que la destruction de telles antiquités était un crime de guerre, donc nous allons les détruire", poursuit-il.

Sur les images, on voit des insurgés arracher des sculptures murales, les viser au fusil d'assaut et endommager une statue à coups de pioche.

Les pièces montrées dans la vidéo sont cependant constituées de tiges métalliques, indiquant qu'il pourrait s'agir d'antiquités ayant été restaurées ou de répliques plus récentes.

Hatra, ville fortifiée mêlant architectures orientale et occidentale, était particulièrement bien conservée. Elle est située à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Mossoul, le fief des djihadistes en Irak, où ils ont réduit en miettes des dizaines d'oeuvres dans le musée de la ville.

L'EI s'en est également pris à la cité antique de Nimroud, toujours dans le nord du pays, où des djihadistes ont pénétré au volant de bulldozers.

L'Unesco a vivement dénoncé les attaques des djihadistes contre le patrimoine irakien, affirmant dans un tweet posté après la diffusion de la vidéo sur Hatra: "Nous devons nous ériger contre les forces qui cherchent à diviser l'Irak".

En savoir plus sur:

Nos partenaires