Crise en Egypte: les réactions

14/08/13 à 17:49 - Mise à jour à 17:49

Source: Le Vif

Kerry condamne le bain de sang "lamentable" et exhorte l'armée à organiser des élections Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a exhorté mercredi l'armée égyptienne à organiser des élections, condamnant le bain de sang "lamentable" survenu lors de la dispersion des partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi.

"La responsabilité revient au gouvernement intérimaire et l'armée, qui à eux deux ont l'ascendant dans ce conflit, d'empêcher davantage de violence et de proposer des options constructives parmi lesquelles le remaniement de la Constitution et l'organisation d'élections législatives et présidentielle", a déclaré le chef de la diplomatie américaine lors d'une intervention surprise au cours du point presse quotidien du département d'Etat.

Il a jugé que la répression de mercredi était "un grave coup porté à la réconciliation et aux espoirs du peuple égyptien pour une transition démocratique". "Les évènements d'aujourd'hui sont lamentables et vont à l'encontre des aspirations des Egyptiens pour la paix et une démocratie authentique", a ajouté M. Kerry, qui n'a pas dit un mot de l'assistance militaire annuelle de 1,3 milliard de dollars que les Américains versent à l'armée égyptienne.

Les Affaires étrangères belges déconseillent tout voyage non-indispensable Le ministère des Affaires étrangères déconseille tout voyage non indispensable vers l'Egypte à l'exception de certaines zones bordant la mer rouge et le Golfe d'Aqaba qui sont pour l'instant épargnées par les troubles, indique mercredi soir un communiqué du SPF Affaires étrangères.

Les Belges qui se trouvent à l'intérieur du pays sont incités à limiter leurs déplacements et à ne pas prolonger leur séjour plus qu'il n'est absolument nécessaire. Toutes les personnes concernées sont invitées à suivre attentivement les conseils et informations figurant sur le site internet du SPF affaires étrangères. Ces informations seront mises à jour chaque fois que nécessaire, indique encore le communiqué.

Le Nobel de la paix ElBaradei démissionne de son poste de vice-président Le vice-président égyptien, le prix Nobel de la paix Mohamed ElBaradei, a annoncé avoir présenté sa démission au président par intérim.

Le vice-président égyptien, Mohamed ElBaradei, prix Nobel de la paix, a annoncé avoir présenté sa démission au président par intérim, après l'intervention sanglante des forces de l'ordre pour déloger les manifestants islamistes pro-Morsi de deux places du Caire.

"Il m'est devenu difficile de continuer à assumer la responsabilité de décisions avec lesquelles je ne suis pas d'accord", écrit-il notamment dans sa lettre au président Adly Mansour.

Des centaines de pro-Morsi quittent la place Rabaa, des irréductibles restent retranchés Des centaines de partisans du président destitué Mohamed Morsi quittaient mercredi soir la place Rabaa al-Adawiya, dernier bastion des manifestants au Caire, sous la surveillance de policiers en armes, selon des images en direct de la télévision publique.

Un haut responsable de la sécurité a confirmé que les forces de l'ordre ont consenti à laisser passer ceux qui le désiraient. Mais des irréductibles demeuraient retranchés derrière les barricades et des affrontements avec les forces de l'ordre se poursuivaient à une autre entrée de la place Rabaa.

Les Etats-Unis critiquent l'armée et s'opposent à l'état d'urgence La Maison Blanche a condamné "avec force" mercredi le recours à la violence par l'armée contre les manifestants en Egypte et s'est opposée au retour de l'état d'urgence dans le pays en proie à des heurts meurtriers.

"Les Etats-Unis condamnent avec force l'usage de la violence contre les manifestants en Egypte", a déclaré le porte-parole adjoint de la Maison Blanche, Josh Earnest, en exhortant l'armée à faire preuve de "retenue".

M. Earnest a également affirmé que les Etats-Unis "s'opposent au retour de l'état d'urgence" en Egypte, décrété plus tôt mercredi après que la dispersion par les forces de l'ordre de rassemblements de partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi eut viré au bain de sang, avec plus de 120 morts.

Le porte-parole s'exprimait lors d'un point de presse à Martha's Vineyard (Massachusetts), une île où le président américain Barack Obama passe une semaine de vacances. M. Obama est tenu au courant des développements en Egypte par sa conseillère de sécurité nationale Susan Rice, qui l'accompagne lors de son séjour, a encore indiqué M. Earnest.

Ban Ki-moon "condamne" l'intervention policière Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon "condamne dans les termes les plus fermes les violences qui se sont produites au Caire quand les services de sécurité égyptiens ont utilisé la force" contre les manifestants, a indiqué mercredi son porte-parole. M. Ban "déplore que les autorités égyptiennes aient choisi d'utiliser la force pour répondre aux manifestations", a souligné Martin Nesirky dans un communiqué.

"Il semble que des centaines de personnes aient été tuées ou blessées dans des heurts entre forces de l'ordre et manifestants", ajoute le texte. M. Ban "demande instamment à tous les Egyptiens de concentrer leurs efforts sur la promotion d'une réconciliation sans exclusive".

"Il n'est pas inhabituel que les Egyptiens ne soient pas d'accord entre eux sur la meilleure manière de progresser", note encore le communiqué, mais "l'important, selon le secrétaire général, est que ces divergences s'expriment de manière respectueuse et pacifique".

Nos partenaires