Crise des migrants: Réunion des chefs de la diplomatie d'Europe centrale

10/09/15 à 17:23 - Mise à jour à 17:25

Source: Belga

Les chefs de la diplomatie du groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) vont rencontrer leurs homologues allemand et luxembourgeois vendredi à Prague pour parler de la crise migratoire, a annoncé jeudi le ministère tchèque des Affaires étrangères.

Crise des migrants: Réunion des chefs de la diplomatie d'Europe centrale

Les chefs de la diplomatie du groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie). © AFP

"La réunion des ministres va contribuer à une meilleure compréhension mutuelle parmi les membres de l'UE au sujet des différentes positions sur les manières de résoudre la crise migratoire actuelle", selon le ministère.

Les pays du groupe de Visegrad sont opposés au système de quotas de répartition de migrants proposé par Bruxelles et fortement soutenu par l'Allemagne, destiné à assurer une répartition solidaire de 160.000 réfugiés.

Les gouvernements des pays du groupe de Visegrad insistent pour que l'UE, dont le Luxembourg assure actuellement la présidence, tente de résoudre le problème de la crise migratoire à sa racine, protège l'espace Schengen et lutte contre le trafic de migrants.

Mercredi, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exhorté les 28 Etats de l'UE à se répartir d'urgence l'accueil de 160.000 réfugiés qui attendent en Italie, Grèce, et Hongrie, plaidant pour que le Vieux continent fasse preuve de davantage "d'union".

Selon ce plan, les quatre pays du groupe de Visegrad devraient, certes, accueillir des milliers de réfugiés, mais nettement moins que l'Allemagne qui doit en accueillir environ 26%, la France (20%) et l'Espagne (12%).

La chancelière allemande Angela Merkel a réclamé une "répartition contraignante" entre tous les pays et sans plafond global. Elle a aussi proposé une réunion du G7 et de plusieurs pays arabes pour débloquer des fonds en faveur des réfugiés originaires de Syrie installés dans des camps dans des pays voisins.

En savoir plus sur:

Nos partenaires