Crash en Ukraine : une "décompression" liée à une forte explosion

28/07/14 à 13:48 - Mise à jour à 13:48

Source: Le Vif

Le Conseil de sécurité et de défense ukrainien indique que selon les experts la cause du crash de l'avion de la Malaysia Airlines en Ukraine est une "décompression liée à une forte explosion". Par ailleurs, les enquêteurs néerlandais et australiens qui devaient investiguer sur le crash n'ont pas pu se rendre sur le site de l'accident.

Crash en Ukraine : une "décompression" liée à une forte explosion

© Reuters

L'armée ukrainienne mène actuellement une offensive contre les séparatistes prorusses actifs dans l'est du pays. Plusieurs zones autour du site de la catastrophe aérienne ont été repris aux insurgés, notamment la ville de Torez. C'est par là qu'ont transité les dépouilles mortelles des victimes du vol MH17 avant d'être envoyées vers Kharkiv.

Les experts médico-légaux et policiers néerlandais et australiens "ont fait demi-tour et ont pris le chemin du retour vers Donetsk", a assuré Sentina van der Meer, porte-parole du ministère néerlandais de la Sécurité et de la Justice. "Des explosions ont été entendues", a-t-il ajouté. Les forces ukrainiennes ont annoncé lundi être entrées dans plusieurs villes proches du crash à l'issue de combats contre les séparatistes.

L'armée entre dans des villes proches du site du crash

Les forces ukrainiennes ont annoncé lundi être entrées dans plusieurs villes sous contrôle séparatiste proches du site du crash du Boeing malaisien et avoir pris le contrôle d'une hauteur stratégique à proximité.

Les soldats sont entrés dans les villes Chakhtarsk et Torez, à l'est de Donetsk, et ont repris la colline de Savour-Moguyla, un point stratégique important, ont précisé les forces ukrainiennes dans un communiqué. Des combats se poursuivaient en outre à Snijné, non loin de là, est-il ajouté.

Dans le même temps, les autorités néerlandaises affirmaient que les experts médico-légaux et policiers néerlandais et australiens qui voulaient se rendre sur le site avaient été contraints de rebrousser chemin en raison d'"explosions" à proximité.

"Savour-Moguyla constitue une hauteur stratégique à la frontière des régions de Donetsk et de Lougansk et de celle de Rostov en Russie, à partir de laquelle les terroristes tiraient sur les soldats ukrainiens et certains villages, notamment Marynivka", a souligné la présidence ukrainienne dans un communiqué distinct, sans précision sur d'éventuelles victimes.

A une cinquantaine de kilomètres à l'est de Donetsk et à une dizaine kilomètres de la frontière russe, Savour-Moguyla se trouve aussi à 25 km du site du crash du vol MH17. Mercredi dernier, deux avions de chasse ukrainiens ont été abattus au dessus de cette colline.

Au nord de la région de Donetsk, les forces ukrainiennes ont également indiqué avoir repris la ville de Debaltseve et renforcé leurs troupes en vue de "libérer" le bastion rebelle de Gorlivka.

L'enquête a révélé une "décompression" liée à une forte explosion

L'enquête sur le crash du Boeing malaisien dans l'Est de l'Ukraine a révélé une "décompression" liée à une "forte explosion", a indiqué lundi le Conseil national de Sécurité et de Défense ukrainien.

"Selon les experts du comité chargé d'étudier les causes du MH17, la cause de l'explosion est une 'décompression liée à une forte explosion'", a indiqué ce Conseil sur Twitter. Le Bureau néerlandais en charge de l'enquête, l'OVV, n'a souhaité ni confirmer ni démentir ces informations. "Nous préférons attendre d'avoir une idée plus complète de ce qui s'est passé plutôt que de publier des fragments d'information ici et là", a déclaré Sara Vernooij, porte-parole du l'OVV.
Le lieutenant-colonnel Andrej Lysenko, du Conseil national de Sécurité et de Défense ukrainien, précise que ce sont les boîtes noires de l'appareil qui ont confirmé qu'il a été frappé par un missile.

En savoir plus sur:

Nos partenaires