Côte d'Ivoire: "Ca ressemble à l'assaut final"

01/04/11 à 08:27 - Mise à jour à 08:27

Source: Le Vif

Les forces d'Alassane Ouattara se battent dans Abidjan pour tenter de prendre contrôle du palais présidentiel. Les tirs ont résonné toute la nuit. Les heures de Laurent Gbagbo semblent comptées.

Côte d'Ivoire: "Ca ressemble à l'assaut final"

© reuters

Les forces d'Alassane Ouattara, le président de Côte d'Ivoire reconnu par la communauté internationale, livraient bataille à Abidjan dans la nuit de jeudi à vendredi pour s'emparer des derniers bastions de son rival Laurent Gbagbo, au bord de la défaite après quatre mois d'une sanglante crise post-électorale.

Au quatrième jour d'une offensive-éclair, les forces pro-Ouattara, entrées dans la nuit dans la capitale économique, cherchaient à s'emparer du palais présidentiel et de la résidence de Laurent Bagbo, où ce dernier se trouvait en principe.

Vers minuit, le porte-parole du ministère de la Défense d'Alassane Ouattara, le capitaine Léon Kouakou Alla, a affirmé à l'AFP que ses forces avait pris le contrôle de la télévision d'Etat RTI.

"Nous nous sommes emparés de la RTI, les Forces républicaines sont à la RTI", a-t-il déclaré. Plusieurs habitants interrogés par l'AFP ont confirmé la coupure du signal.

"Ca ressemble à l'assaut final"
Laurent Gbagbo "doit partir, c'est l'objectif à atteindre. Donc on doit s'emparer du palais présidentiel au quartier du Plateau (centre) et de la résidence présidentielle de Cocody", a ajouté le capitaine Alla.

"Il reste à savoir si (...) le camp Gbagbo comprend que le jeu est fini ou s'il préfère jouer Fort Alamo", a déclaré à l'AFP un diplomate occidental.

"Il y a des combats à l'arme lourde dans le périmètre de la résidence de Gbagbo", située dans le quartier chic de Cocody (nord), a déclaré un habitant à l'AFP. Depuis 22h00, "les tirs sont intenses, et ça tire dans quatre ou cinq directions à la fois. Il y a du monde", a-t-il ajouté.

"Ca ressemble à l'assaut final", a ajouté cet habitant. Deux autres résidents de la zone ont confirmé que le quartier était secoué par le vacarme des tirs.

"On a vu par la fenêtre énormément de combattants (pro-Ouattara, ndlr) se diriger vers là d'où venaient les tirs", a raconté l'un d'eux, enfermé chez lui. "Il y avait une colonne de 2-300 personnes à pied, et ensuite il y a eu plusieurs dizaines de voitures, tous phares éteints, qui sont passées", a-t-il précisé.

Simone Gbagbo opposée à un départ
Dans la ville, hérissée de barrages de jeunes pro-Gbagbo, la plupart des habitants ont préféré rester chez eux jeudi par crainte une bataille finale dans cette métropole d'au moins quatre millions d'habitants.

"On s'est enfermé dans la chambre, ça tire très fort puis ça s'arrête", a raconté à l'AFP une habitante de Cocody.

Des soldats de la force française Licorne (900 hommes) sont intervenus à la suite de pillages dans un quartier sud de la ville habités par des ressortissants européens, notamment français, et qui abrite de nombreux commerces.

"Nous savons que l'entourage de Gbagbo est pour une renonciation" mais "sa femme (Simone) semble s'y opposer", a-t-il ajouté, jugeant que "les sanctions (contre Gbagbo) ont fait leur effet. Il n'a payé personne en fin de mois".

En quatre jours, les troupes de M. Ouattara, présentes dans la moitié nord depuis 2002, ont pris le contrôle de la grande majorité du pays.

Une employée suédoise de l'ONU tuée à Abidjan

Une Suédoise, employée de l'ONU, a été tuée jeudi soir à Abidjan, probablement par une balle perdue.

"C'est arrivé la nuit dernière, elle a été touchée par une balle, probablement une balle perdue. Elle travaillait pour l'ONU à Abidjan", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Anders Jörle.

Le ministère a précisé que la victime était âgée d'une trentaine d'années et qu'elle se trouvait à son domicile lorsqu'elle a été tuée.

Le chef de la diplomatie suédoise Carl Bildt a aussi fait état de cette mort vendredi matin lors d'un débat au parlement sur l'engagement suédois dans les opérations en Libye.

LeVif.be, avec Lexpress.fr et Belga

Nos partenaires