Corée du Sud : le président gracie ses proches emprisonnés

29/01/13 à 11:04 - Mise à jour à 11:04

Source: Le Vif

Le président sortant de Corée du Sud Lee Myung-Bak a gracié mardi une cinquantaine de personnes, dont plusieurs proches condamnés pour corruption, un mal endémique au sein de la classe politique sud-coréenne que le chef de l'Etat s'était pourtant engagé à combattre.

Corée du Sud : le président gracie ses proches emprisonnés

© Reuters

Lee Myung-Bak, qui va céder dans quelques jours sa place à la première femme élue présidente de Corée du Sud, a également pardonné à un ancien chef du parlement et un ancien conseiller politique. Ils avaient tous deux été condamnés en 2012 dans une affaire d'achats de vote au sein du parti conservateur au pouvoir.

"Ce n'est pas un abus de pouvoir. Ça a été conduit en accord avec la loi et les procédures en vigueur", a déclaré à la presse un porte-parole du président sortant. La liste ne comprend pas cependant le frère aîné du président, condamné lui aussi pour corruption. Park Geun-Hye, élue en décembre et appartenant au même parti conservateur que Lee Myung-Bak, avait demandé à son prédécesseur de ne pas gracier ces personnes, et a jugé mardi ce geste "tout à fait regrettable", a indiqué une porte-parole de la présidente élue.

Parmi les 55 prisonniers graciés mardi figurent Choi See-Joong, ami proche et ancien ministre du président sortant, et Chun Shin-Il, homme d'affaires et ami. Tous deux avaient été condamnés pour corruption.

En savoir plus sur:

Nos partenaires