Corée du Nord : les étrangers bientôt autorisés à surfer sur le net

22/02/13 à 14:25 - Mise à jour à 14:25

Source: Le Vif

Les touristes et résidents étrangers en Corée du Nord auront accès dès le 1er mars à une connexion Internet, a annoncé vendredi Associated Press.

Corée du Nord : les étrangers bientôt autorisés à surfer sur le net

© REUTERS

Le pays le plus fermé du monde s'ouvre timidement. L'opérateur nord-coréen Koryolink a annoncé vendredi aux étrangers résidant en Corée du Nord l'ouverture prochaine d'un service permettant d'accéder à l'Internet, sur mobile et sur ordinateur.

Unique opérateur du pays, Koryolink est une collaboration entre l'opérateur égyptien Orascom Telecom et la Korea Post & Telecommunications Corporation, gérée par l'état.

Le service ne serait pas ouvert aux Nord-Coréens, dont l'accès à Internet reste limité. En dehors de l'élite du régime et de certains étudiants, les habitants ne peuvent accéder qu'aux sites officiels, et s'abonner au quotidien d'état, le Rodong Sinmun. La généralisation des téléphones mobiles est cependant en marche en Corée du Nord avec plus d'un million d'utilisateurs à ce jour, selon Orascom.

Il y a un mois, le site NK News révélait que les visiteurs étrangers seraient désormais autorisés à conserver leur téléphone mobile durant leur séjour en Corée du Nord. Des cartes SIM à 50¤ leur permettent également de passer des appels à l'étranger, sauf chez l'ennemi juré sud-coréen. Les téléphones mobiles étaient auparavant "confisqués" par les autorités à l'aéroport, et rendus le jour du départ.

Lors de sa visite en Corée du Nord début 2013, le président du conseil d'administration de Google Eric Schmidt a encouragé le pays à proposer un Internet ouvert. Dans un billet de blog posté après son retour, il notait que la Corée du Nord porterait atteinte à son développement économique en restant à l'écart du monde connecté. Un porte-parole d'Orascom a déclaré que les récents changements de politique mobile n'étaient pas liés à la visite d'Eric Schmidt.

Pour Tad Farrell, directeur du site NK News, "tout a un commencement, il faut donc accueillir positivement cette nouvelle. Plus il y aura de téléphones mobiles ayant accès au web en Corée du Nord, plus l'information étrangère circulera vite. (...) Cette nouveauté pourrait ouvrir la voie à un accès plus large à l'Internet en Corée du Nord à plus ou moins long terme." Pour Eunkyoung Kwon, directeur des affaires internationales d'Open Radio for North Korea, le régime cherche surtout à adoucir ses règles afin de rendre le pays plus attractif pour les touristes.

Comme le notait vendredi NK News, la question du filtrage des sites reste en suspens. L'étendue de cet accès Internet ne sera sûrement connue qu'à son lancement. Les offres d'abonnement ainsi que leur prix n'ont pas encore été annoncés.

Lucas Godignon (stagiaire)

En savoir plus sur:

Nos partenaires