Conflit à Gaza : des milliers de manifestants en Europe, des affrontements à Paris et Bruxelles

19/07/14 à 21:19 - Mise à jour à 21:19

Source: Le Vif

Une manifestation de soutien aux Palestiniens de Gaza organisée samedi à Paris malgré, fait inédit en Europe, une interdiction des autorités françaises, a tourné à l'affrontement à coups de pierres et de gaz lacrymogènes entre policiers antiémeute et sympathisants propalestiniens.

Conflit à Gaza : des milliers de manifestants en Europe, des affrontements à Paris et Bruxelles

© Image Globe

Ailleurs en Europe, notamment à Londres et Bruxelles où des milliers de personnes ont appelé à l'arrêt des bombardements israéliens et à la levée du blocus sur Gaza, les rassemblements se sont déroulés dans davantage de calme. La manifestation dans la capitale européenne a toutefois dégénéré sur la fin et donné lieu à quelques incidents causés par une petite minorité de jeunes.

La date de ces manifestations coïncide avec le douzième jour de l'offensive israélienne sur Gaza qui a fait 334 morts parmi les Palestiniens, la communauté internationale peinant à arracher un cessez-le-feu.

Dans la soirée, après quelques heures de heurts, les affrontements se poursuivaient dans plusieurs rues d'un quartier du nord de Paris. Les yeux brûlés par les gaz lacrymogènes, la bouche et le nez souvent dissimulés, des dizaines de manifestants refusaient de quitter les lieux et récupéraient pavés et morceaux de trottoirs pour en faire des projectiles. A quelques endroits, de petits incendies ont éclaté.

La majorité des participants à la manifestation, qui avait réuni en début d'après-midi plusieurs centaines de femmes et de familles, voire plusieurs milliers selon des organisateurs, a quitté le quartier.
Selon une source policière, 38 personnes ont été interpellées pour jets de projectiles, violences contre les forces de l'ordre et outrage. Quatorze policiers ont également été blessés, selon cette source.

Fait rarissime, les autorités avaient interdit la manifestation à Paris, une décision inédite en Europe. Elles craignaient des "troubles à l'ordre public" après les débordements de la manifestation propalestinienne du 13 juillet.

Des rassemblements ont également été organisés dans la plupart des grandes villes françaises: 4.000 personnes à Lyon (centre-est), 3.000 à Marseille (sud) et au moins 1.300 à Strasbourg (est) et Lille (nord) ont réclamé l'arrêt des bombardements israéliens sur Gaza.
A Londres, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à l'appel de sept associations parmi lesquelles Stop the War, Palestine Solidarity Campaign ou Islamic Forum of Europe devant les grilles du 10 Downing Street, cabinet et résidence du Premier ministre.

A Bruxelles, plusieurs milliers de personnes ont également manifesté. La manifestation n'était pas formellement autorisée mais tolérée tant qu'aucun trouble n'était à déplorer. Elle s'est déroulée dans l'ensemble calmement et sans incidents mais, à la fin de la marche, un groupe d'une centaine de jeunes a commencé à faire du grabuge. Ils ont tout d'abord brûlé un drapeau israélien et américain, crié des slogans "Mort aux Juifs" et sont ensuite montés sur des véhicules et ont brisé des vitres de voitures, des abris de bus et fenêtres de magasins, s'en prenant même à quelques personnes. Plusieurs personnes ont été légèrement blessées par des bris de verre et d'autres, dont une femme enceinte, ont dû recevoir une assistance médicale car elles étaient en état de choc. Aucun des fauteurs de troubles n'a été appréhendé.

Nos partenaires