Comment Bella ciao, vieille chanson "essuie-tout", est devenue un tube

13/06/18 à 09:53 - Mise à jour à 09:52

Source: Le Vif

Il n'a pas fallu attendre Netflix ou le rappeur Maître Gims pour faire de Bella Ciao un tube. Plus proche d'Imagine de John Lennon que de l'Internationale communiste, la chanson italienne s'est adaptée à toutes les réalités de l'histoire.

Si Bella Ciao est souvent présentée comme le symbole de la résistance italienne, la vérité oblige à rappeler que la célèbre chanson, traduite aujourd'hui dans une quarantaine de langues et interprétée dans autant de versions, n'est devenue que tadivement l'hymne officiel des partisans. Pendant la guerre, Bella Ciao est un chant connu seulement dans quelques régions d'Italie, comme l'Emilie-Romagne. Sa propagation sera favorisée surtout pour son côté consensuel, son caractère unitaire, sa capacité à représenter toute la résistance, des communistes aux chrétiens, en passant par les socialistes et les libéraux. "A la fin des années 50, il y a un besoin d'unifier les différentes âmes de la résistance. Pas question d'autres chansons trop politisées et pourtant plus connues comme Fischia il vento (Siffle le vent), où on évoque le drapeau rouge. Bella ciao délie la résistance des affiliations aux partis, en racontant quelque chose d'intemporel", raconte le journaliste Carlo Pestelli qui a consacré en 2016 un essai entier à la chanson considérée comme un hymne à la liberté (1). "A l'époque, il n'est pas rare d'entendre dans les rangs de la DC, la Démocratie chrétienne, les notes de Bella Ciao comme lorsque Benigno Zaccagnini, résistant, fut élu secrétaire du parti. Cette identification à la gauche viendra bien plus tard. Durant la guerre froide, Fischia il vento est en effet relégué progressivement parce que la chanson affiche un engagement prosoviétique trop marqué et c'est Bella Ciao, aux paroles plus consensuelles, qui finira par s'imposer. En 1984, lors des funérailles d'Enrico Berlinguer, secrétaire du Parti communiste, Bella Ciao sera préférée à l'Internationale."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires