Comment Abaaoud a échappé aux services de renseignement

13/01/17 à 08:22 - Mise à jour à 08:30

Source: Le Vif/l'express

Dans Où sont passés nos espions ? , Christophe Dubois et Eric Pelletier mettent en exergue les failles des agences de renseignement, dépassées par le défi du djihadisme. Illustration avec l'évaporation en Grèce d'Abdelhamid Abaaoud, entre le coup de filet de Verviers et les attentats de Paris, le 13 novembre 2015.

On ne pourra pas dire que les responsables du renseignement français se sont cachés derrière leur petit doigt. Les failles révélées par les terribles attaques islamistes qui ont ensanglanté Paris, en janvier et en novembre 2015 ? Ils les ont assumées. Entendu en 2016 à l'Assemblée nationale par la commission d'enquête parlementaire créée pour l'occasion, le chef de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), Bernard Bajolet, n'a pas barguigné. "Des attentats comme ceux du 13 novembre marquent bien un échec du renseignement extérieur : ils ont été planifiés à l'extérieur de nos frontières et organisés en Belgique, c'est-à-dire dans l'aire de compétence de la DGSE, a-t-il déclaré aux députés français. Ils représentent aussi sans doute un échec pour le renseignement intérieur, dans la mesure où ils se sont produits sur notre sol."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires