Choisir quel collègue virer, c'est possible... à la télé

28/05/13 à 15:58 - Mise à jour à 15:58

Source: Le Vif

Quatre ans après une tentative avortée, Fox et Endemol lancent aux États-Unis "Does someone have to go ?", un programme de téléréalité dans lequel des salariés se chargent de désigner ceux qui méritent d'être licenciés.

Choisir quel collègue virer, c'est possible... à la télé

© Capture d'écran You Tube/Fox

Humiliation, dénonciation, mesquineries... Ces thèmes si chers à la téléréalité s'appliquent ici à l'entreprise: des salariés de trois PME doivent élire le collègue qu'ils conseillent de virer. Rien de méchant, promet la production, car la petite équipe est présentée dès la bande-annonce comme un "bureau toxique", un "cauchemar des ressources humaines", où les relations détestables entre les salariés nuisent au succès collectif.

Bref, un vrai panier de crabes qui mérite que l'on y mette de l'ordre. "Nous allons mettre le pouvoir entre vos mains", a promis jeudi la présentatrice aux employés de Velocity Merchant Services, entreprise de la banlieue de Chicago, lors du premier épisode. Chacun a donc pu étaler ses griefs. "Shawn est pénible. Il conteste tout et pense avoir toujours raison. Et c'est un pervers avec les filles", lance ainsi une employée. La propre mère du PDG -un vrai boulet surpayé à en croire ses collègues- en prendra aussi pour son grade. Jusqu'au choix des trois salariés qui seront peut-être licenciés.

Fox se défend de tout cynisme, prétextant tout simplement aider les entreprises à adoucir le climat social. "Il ne s'agit pas de licenciements arbitraires", a même plaidé le chef de la téléréalité dans une interview. Plus prosaïquement, la chaîne a quand même confié à l'Associated Press que le nouveau concept servait surtout à relancer un créneau dominé par des concours de danse et de chant. Boucs émissaires La chaîne avait déjà tenté l'expérience il y a quatre ans, en tournant avec Endemol Someone's gotta go ("Quelqu'un doit partir"). Le principe était quasiment identique, à la différence que l'entreprise en question était en plein plan social. Le détail de trop: le programme avait suscité un tel tollé qu'il n'a jamais été diffusé.

Fox compte cette fois sur le point d'interrogation à la fin du titre -- rien ne dit que quelqu'un sera finalement licencié... -- et la bonne santé des entreprises filmées pour faire passer la pilule. À lire les critiques de la presse américaine, c'est raté. Le magazine Time résume ainsi l'esprit du programme: "Si quelque chose cloche dans votre entreprise, le problème ne vient pas du management, mais de vous, ou de l'un de vos collègues apathiques. Alors, trouvez un bouc émissaire!"

Le New York Times voit également une stratégie perverse pour "renforcer l'idée que le problème des entreprises américaines tient aux salariés" et jamais à leur organisation, à l'état du secteur ou de l'économie en général. Et "les patrons n'ont plus qu'à activer leurs subalternes pour faire le sale boulot pour eux"...

Alexia Eychenne

En savoir plus sur:

Nos partenaires