Chavez accuse les Etats-Unis d'inoculer le cancer

29/12/11 à 11:28 - Mise à jour à 11:28

Source: Le Vif

Selon le président vénezuélien, l'épidémie de cancer qui touche depuis quelques mois les chefs d'Etat latino-américains, pourrait trouver son origine à Washington.

Chavez accuse les Etats-Unis d'inoculer le cancer

© Reuters

Hugo Chavez se demande si les Etats-Unis n'auraient pas mis au point un moyen d'inoculer le cancer à certains dirigeants latino-américains, après que la présidente argentine, Cristina Kirchner, a annoncé avoir contracté la maladie et être bientôt opérée pour un cancer de la thyroïde. Le dirigeant vénézuélien a, quant à lui, été opéré en juin dernier d'une tumeur dans la région pelvienne.
Il "ne serait pas étrange que [les Américains] aient mis au point la technologie nécessaire pour provoquer le cancer sans que personne en sache rien jusqu'ici. Pourrait-on s'en rendre compte seulement dans 50 ans ou encore plus tard?", s'interroge le président vénézuélien qui ne rate jamais une occasion de manifester son anti-américanisme. "Je ne sais pas, je dis cela pour nourrir la réflexion...", nuance-t-il devant un parterre de soldats, lors d'un discours retransmis à la télévision.

Les exemples ne manquent pas. Chavez lui-même, Kirchner tout récemment, le Paraguayen Fernando Lugo, la Brésilienne Dilma Rousseff et son prédécesseur Luiz Inacio Lula da Silva, tous dirigeants de gauche, ont fait l'objet récemment de diagnostics révélant des cancers. Chavez a engagé d'autres dirigeants à se tenir sur leurs gardes, notamment son ami le président bolivien Evo Morales. "Prends soin de toi, Evo!" lui a-t-il lancé.

Chavez, l'un des critiques les plus acharnés de la politique étrangère américaine, s'en prend régulièrement à ce qu'il nomme "l'Empire yankee". "Fidel (Castro) m'a toujours dit, 'Chavez, prends garde. Ces gens-là ont mis au point une technologie. Tu es très insouciant. Fais attention à ce que tu manges, à ce qu'on te donne à manger (...) une petite aiguille et on t'injecte je ne sais pas quoi'", a-t-il confié.

Une "coïncidence"

Cette "coïncidence" n'a pas échappé non plus à la presse. El Espectador a interrogé un scientifique sur la question. La main américaine ? "C'est absurde." Plus de pollution en Amérique latine qu'ailleurs? "Non." Le stress inhérent à la fonction présidentielle? "Pas de preuve scientifique." Et de noter que ces responsables "ne sont pas seulement unis par le cancer... mais aussi par la guérison."

Hugo Chavez en a aussi profité pour fustiger Washington et ses alliés européens pour avoir critiqué les récentes élections législatives russes, en prédisant qu'ils adopteront la même attitude lors du scrutin présidentiel d'octobre au Venezuela, où il briguera sa réélection.

"Je dis cela parce qu'au Venezuela, le Yankee impérial, la bourgeoisie locale et une bonne partie de ce qu'ils appellent ici les partis d'opposition se préparent à en faire autant. J'exhorte les forces armées et le peuple vénézuélien à être en alerte. Car nous ne laisserons pas le Yankee impérial déstabiliser à nouveau le Venezuela comme dans le passé."

Le Vif.be, avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires