Casanova: l'épopée d'un séducteur

20/02/16 à 18:14 - Mise à jour à 18:14

Source: Le Vif/l'express

Il n'était ni de grande naissance ni riche et était sans projets. Comment un fils de comédiens vénitiens, aventurier, romancier, polémiste et avant tout joueur de sa propre vie, a-t-il pu incarner le mythe du séducteur ? Et s'imposer, par ses Mémoires, comme le grand encyclopédiste du XVIIIe siècle ?

"Ce serait un bien bel homme, s'il n'était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule ; mais un teint africain, des yeux vifs, pleins d'esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l'inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l'air féroce..." . Tel que le décrit le prince de Ligne, ami de ses vieux jours, Casanova est une surprise destinée à étonner tous les siècles, et d'abord le sien. "Tu me supposes riche ; je ne le suis pas. Je n'aurai plus rien quand j'aurai fini de vider ma bourse. Tu me supposes, peut-être, homme de grande naissance, et je suis d'une condition inférieure, ou égale à la tienne. Je n'ai aucun talent lucratif, aucun emploi, aucun fondement pour être certain que j'aurai de quoi manger dans quelques mois. Je n'ai ni parents, ni amis, ni aucun droit pour prétendre, et aucun projet solide" . Ainsi parlait-il à Thérèse, l'une de ses premières amours. Comment cet homme-là s'est-il inscrit dans les mémoires comme l'un de nos plus grands séducteurs ? Quatre réponses, pour quatre siècles.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires