Calais et ses passeurs low-cost

19/01/16 à 15:05 - Mise à jour à 15:05

Source: Afp

Passer de France en Grande-Bretagne peut revenir très cher aux réfugiés, mais il existe une option à prix bradé au risque de se retrouver à l'autre bout de l'Europe, voire même sur une base militaire.

Calais et ses passeurs low-cost

© Reuters

Un réseau de passeurs low-cost, à 500 euros le voyage, opère depuis une aire d'autoroute près du port de Calais dans le nord de la France, selon des témoins. "Les personnes qui le dirigent savent quels sont les camions dont le conducteur s'est éloigné ou est en train de dormir, et ils peuvent vous faire entrer dedans", explique Adam Mohammed, un Ghanéen âgé de 30 ans. Petit problème: "ils ne connaissent pas les destinations. Ils cherchent des plaques d'immatriculation britanniques, mais vous prenez toujours un risque."

Certains se sont donc retrouvés dans des poids-lourds allant en Allemagne ou en Belgique, plutôt que vers l'eldorado britannique. Un groupe de trois jeunes hommes et deux femmes sont même revenus à Calais en racontant qu'ils s'étaient réveillés dans une base militaire française. "Ils ont raconté que la porte s'était ouverte et qu'ils avaient des lasers sur le corps, parce que les soldats pointaient leurs armes vers eux", raconte Mohammed Adam, un médecin soudanais, sans lien avec le premier. "Ils étaient vraiment paniqués (...) La police les a arrêtés puis ramenés ici", poursuit-il. Les réseaux de passeurs sont légion aux abords de la "Jungle" de Calais, un immense bidonville où près de 4.000 migrants patientent dans l'espoir de traverser la Manche. 28 filières ont été démantelées dans la région en 2015.

Les tarifs sont modulés selon les réseaux et selon la "prestation" proposée. Ainsi l'offre la plus chère garantit le passage en Grande-Bretagne indépendamment du nombre de tentatives -- le "client" voyage alors souvent en cabine, avec la complicité du chauffeur. Selon un bénévole de la Jungle, qui souhaite conserver l'anonymat, la semaine dernière, un Syrien a payé 11.500 euros, le double du prix habituel, pour rejoindre Londres. Celui-ci n'a donc passé qu'une nuit dans le camp, alors que d'autres, sans argent, passent des mois à essayer sans succès d'éviter la police, et de se faufiler entre les barrages. La Grande-Bretagne a contribué à hauteur de millions d'euros à renforcer la sécurité autour du port et du tunnel sous la Manche, mais certains parviennent encore à traverser. "Parfois, 10 vont réussir à passer en une nuit, mais ensuite 10 jours peuvent passer sans que personne n'y arrive", explique le bénévole.

'Les gens n'abandonnent jamais'

La méthode low-cost serait selon certains, contrôlée par des Afghans, qui offrent aux migrants une deuxième chance si leur camion ne va pas en Grande-Bretagne. Une fois à bord, "ils essayent de sentir s'ils prennent beaucoup de virages parce qu'il y a de nombreux ronds-points qui mènent au terminal du ferry. Et ils peuvent sentir s'ils montent la rampe jusqu'au bateau. C'est la seule manière de savoir," explique le docteur Mohammed Adam.

Beaucoup sont interceptés par la police. Quelques uns sont incarcérés avant d'être relâchés. "J'ai passé une semaine en détention, et ils m'ont envoyé devant un tribunal", raconte Solomon Vandy, 25 ans, originaire de Sierra Leone. "C'était horrible (...) je ne comprenais pas ce qu'il se passait." Sitôt libéré, il est revenu au camp, prêt à tenter à nouveau sa chance. "Les gens n'abandonnent jamais. Ils se battent pour leurs vies", explique le docteur Adam.

Pour certains militants, l'existence du camp et des réseaux de passeurs est le résultat inévitable de la politique de Londres. "Le gouvernement britannique ne fait absolument rien pour répondre aux demandes de la France et des réfugiés, de permettre aux gens de faire leur demande d'asile d'ici (dans la Jungle). Les gens ne peuvent demander l'asile que s'ils traversent illégalement," explique Tom Radcliffe, un bénévole britannique travaillant dans le camp. "Il y a des gens ici qui ont des raisons parfaitement légitimes de faire une demande d'asile, mais ils sont obligés de commettre un acte illégal avant de pouvoir être entendus."

En savoir plus sur:

Nos partenaires