Calais: construction d'un "camp humanitaire"

31/08/15 à 21:42 - Mise à jour à 21:48

Source: Belga

L'annonce de la construction d'un "camp humanitaire" à Calais, dans le nord de la France, où se massent des milliers de migrants dans des conditions misérables, a valu lundi au gouvernement socialiste français une nouvelle volée de critiques dans l'opposition de droite et à l'extrême droite.

Calais: construction d'un "camp humanitaire"

© Reuters

Le Premier ministre Manuel Valls a officialisé le projet, programmé pour le "début 2016", lors d'une visite sur place, accompagné du premier vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans. Bruxelles octroiera à Paris une aide européenne de 5 millions d'euros pour financer ce camp, prévu pour accueillir 1.500 personnes, a annoncé M. Timmermans. Plutôt bien accueillie par les associations de défense des migrants, l'initiative a fait hurler en revanche Marine Le Pen, chef de file de l'extrême droite europhobe et anti-immigrés, qui a accusé le Premier ministre de "sacrifier Calais aux dogmes de l'Union européenne". "Manuel Valls a pris le parti de la submersion migratoire", a dénoncé la présidente du Front national, y voyant "un signal désastreux de laxisme envoyé aux clandestins". Marine Le Pen est candidate dans le nord de la France à un important scrutin régional en décembre qui sera le dernier test électoral avant la présidentielle de 2017, pour laquelle tous les sondages depuis un an lui laissent espérer une qualification au second tour. Dans l'opposition de droite, l'eurodéputée Rachida Dati, ancienne ministre de la Justice de l'ex-président Nicolas Sarkozy, a accusé pour sa part de M. Valls de se faire le "complice des passeurs" et de créer "un appel d'air à l'immigration". La maire de Calais, membre du parti Les Républicains de M. Sarkozy, s'est toutefois dite "satisfaite sur le plan humanitaire", tout en réclamant par ailleurs une compensation économique pour sa ville. Calais, d'où des milliers d'étrangers cherchent à gagner le Royaume-Uni, est un des points de fixation du plus gros mouvement migratoire connu par l'Europe depuis la Seconde guerre mondiale, qui suscite de vifs débats de société dans plusieurs pays de l'UE.

En savoir plus sur:

Nos partenaires