David Engels
David Engels
Historien.
Opinion

18/06/17 à 08:02 - Mise à jour à 08:02
Du LeVif/l'Express du 16/06/17

C'est le moment de... (re)lire Freud

Le sentiment de malaise profond que ressentent, aujourd'hui, beaucoup d'Européens quand ils pensent à l'état actuel de notre civilisation, et qui les pousse à mettre en péril la stabilité (toute relative) de la société au profit d'expérimentations politiques les plus diverses, n'a finalement rien de très nouveau et semble relever d'un symptôme connu depuis quelque temps déjà au sein de notre monde occidental.

Déjà en 1929, Freud, greffant son analyse sur un constat remontant au moins jusqu'au XVIIIe siècle, écrivait : " Nous nous heurtons à une assertion maintes fois entendue, mais si surprenante qu'il y a lieu de nous y arrêter. D'après elle, c'est ce que nous appelons notre civilisation qu'il convient de rendre responsable en grande partie de notre misère ; et de l'abandonner pour revenir à l'état primitif nous assurerait une somme bien plus grande de bonheur. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos