Burundi: situation incertaine après le coup d'état d'un général

13/05/15 à 14:27 - Mise à jour à 18:58

Source: Belga

Un général burundais a annoncé mercredi la destitution du président Pierre Nkurunziza, en déplacement en Tanzanie pour un sommet régional sur la crise dans son pays, où la situation restait incertaine en fin de journée.

Burundi: situation incertaine après le coup d'état d'un général

© Belga

Selon la présidence burundaise, le coup d'Etat, mené par un groupe de

militaires "mutins" a été "déjoué". Mais il était impossible de savoir

dans l'immédiat qui contrôlait le pays, secoué depuis le 26 avril

par un mouvement de contestation à la candidature de M. Nkurunziza à

la présidentielle du 26 juin. Les manifestations contre un troisième

mandat du chef de l'Etat, au pouvoir depuis 2005, ont été marquées

par de nombreuses violences, qui ont fait une vingtaine de morts.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient des

manifestants en liesse dans le centre et les quartiers de la capitale

Bujumbura, fraternisant avec les militaires.

Luc Toussaint, un Belge établi au Burundi depuis six ans contacté

par l'agence Belga, indiquait mercredi après-midi qu'il avait aperçu

de nombreux manifestants en liesse traverser le centre de Bujumbura

alors que cette partie de la ville était encore inaccessible aux

opposants quelques heures plus tôt.

Sur place, l'ambassade de Belgique a conseillé aux ressortissants

belges de regagner leur logement avant la tombée de la nuit et de

rester sur place jusqu'à nouvel ordre.

Un avion de la compagnie Brussels Airlines à destination de

Bujumbura a quant à lui été directement envoyé à Nairobi, sa destination

finale. L'espace aérien du Burundi est fermé sur ordre des putschistes

depuis 16h30. Les 36 passagers qui devaient se rendre dans la

capitale burundaise ont le choix de rester au Kenya ou de revenir à

Bruxelles, a indiqué Brussels Airlines.

Mercredi, un haut gradé loyaliste a affirmé que des "tractations"

étaient en cours entre loyalistes et putschistes pour trouver une

solution qui préserve les "intérêts nationaux". Les deux camps sont

"d'accord pour ne pas verser le sang des Burundais", a assuré cet

officier supérieur.

Selon la présidence tanzanienne, le président Nkurunziza a quitté

en fin d'après-midi la capitale économique tanzanienne Dar es Salaam

pour Bujumbura, où le chef des putschistes, le général Godefroid

Niyombare, a ordonné la fermeture des frontières et de l'aéroport.

Le président Nkurunziza était arrivé dans la matinée à Dar es

Salaam pour assister à un sommet extraordinaire des chefs d'Etat de la

Communauté est-africaine (Burundi, Kenya, Ouganda, Rwanda, Tanzanie).

Ses homologues tanzanien Jakaya Kikwete, kényan Uhuru Kenyatta,

ougandais Yoweri Museveni et rwandais Paul Kagame, qui ont discuté sans

lui de la situation au Burundi, ont condamné le coup d'Etat en

cours. Et ils ont demandé le report des scrutins législatif prévu le 26

mai et présidentiel le 26 juin, estimant que "les conditions

n'étaient pas propices à des élections.

Du côté de la présidence, le principal conseiller en communication

de M. Nkurunziza, Willy Nyamitwe, a assuré que "la tentative de coup

d'Etat avait été déjouée" et que les militaires putschistes étaient

"recherchés par les forces de l'ordre et de sécurité" pour être

"traduits en justice".

En Belgique, le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération

au développement Alexander De Croo a déclaré que la Belgique usera

de tous les leviers dont elle dispose, aussi bien sur le plan

diplomatique que dans la coopération au développement, pour arrêter

l'escalade de la violence au Burundi et permettre aux Burundais de se

prononcer sur l'avenir de leur pays à un moment où il n'y a pas de

violence et où la population n'est pas mise sous pression.

A Bujumbura, des soldats loyalistes protégeaient toujours les

locaux de la radio-télévision nationale et ont tiré un moment en l'air

pour disperser des centaines de manifestants qui s'en approchaient en

chantant l'hymne national, les faisant reculer de quelques centaines

de mètres, selon un journaliste de l'AFP.

Le rapport de force au sein de l'armée entre putschistes et

loyalistes restait inconnu en fin de journée, mais les militaires, qui ont

joué un rôle modérateur depuis le début de la contestation,

bénéficient de la sympathie de nombreux manifestants, à l'inverse de la

police, accusée d'être au service du parti au pouvoir et de pactiser

avec sa milice Imbonerakure.

La tentative de coup d'Etat est menée par un compagnon d'armes du

chef de l'Etat au sein de l'ex-rébellion hutu, le Cndd-FDD, devenu le

parti au pouvoir depuis la fin de la longue guerre civile (1993-2006).

"Le président Pierre Nkurunziza est destitué de ses fonctions, le

gouvernement est dissous", a annoncé mercredi après-midi sur les

ondes de la radio privée Insaganiro le général Godefroid Niyombare. Il

avait été limogé de la tête des services de renseignement en février

par le président après lui avoir déconseillé de briguer un troisième

mandat, jugé inconstitutionnel par ses adversaires.

"Il est institué un comité pour le rétablissement de la concorde

nationale, temporaire et ayant pour mission entres autres le

rétablissement de l'unité nationale" et "la reprise du processus électoral

dans un climat serein et équitable", a ajouté le général Niyombare,

précisant qu'il prenait la tête du comité. "Il est demandé à toute la

population de respecter la vie et les biens d'autrui", a poursuivi

le général Niyombare.

Ce message a ensuite été diffusé sur les antennes de la radio

privée RPA (Radio publique africaine), la plus écoutée du pays, qui

émettait à nouveau mercredi après-midi après avoir été fermée depuis le

27 avril par les autorités qui l'accusaient de relayer les appels à manifester.

Le général Niyombare est, dans son pays, une personnalité respectée

et est considéré comme un homme de dialogue. Après la guerre, il

était devenu chef d'état-major adjoint, puis chef d'état-major de

l'armée burundaise. Nommé en décembre 2014 à la tête du Service national

de renseignements (SNR), il avait été limogé moins de trois mois

plus tard.

Les opposants à un troisième mandat du président burundais avaient

porté mercredi matin la contestation au coeur de Bujumbura,

sanctuarisé par la police depuis le début des manifestations. Plusieurs

centaines de manifestants, dont beaucoup de femmes, ont réussi pour la

première fois à se rassembler sur la symbolique place de

l'Indépendance, au centre de la capitale, avant d'en être délogés par la police

et de jouer longtemps au chat et à la souris avec les policiers.

Malgré les pressions internationales, les manifestations et une

brutale répression des forces de l'ordre, le camp présidentiel et les

contestataires restent arc-boutés sur leurs positions, une impasse

qui suscite l'inquiétude pour ce pays à l'histoire récente jalonnée de

massacres ethniques.

En savoir plus sur:

Nos partenaires