Brexit: "Nous pouvons encore changer d'avis", martèle Tony Blair

04/01/18 à 08:53 - Mise à jour à 08:53

Source: Belga

"Nous avons le droit de changer d'avis" à propos de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, souligne l'ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, dans une tribune parue mercredi sur le site de sa fondation, le Tony Blair Institute for Global Change.

Brexit: "Nous pouvons encore changer d'avis", martèle Tony Blair

Tony Blair © BELGA/Eric Vidal

Dans un entretien publié jeudi par plusieurs journaux continentaux, dont Le Monde, il appelle également les Européens à "garder l'esprit ouvert" au cas où "les Britanniques changeraient d'avis". L'homme politique, impopulaire dans son pays en raison de la guerre en Irak, n'a jamais caché son opposition au Brexit.

Pour Tony Blair, 2018 fixera le sort du Brexit et le Royaume-Uni peut dès lors encore changer d'avis. Il affirme respecter les résultats du référendum organisé en 2016 qui a vu l'option de la sortie de l'UE plébiscitée par une majorité de Britanniques mais il souligne qu'à l'époque, les termes du divorce avec l'Europe n'étaient pas encore fixés.

"Quand nous avons voté en 2016, nous savions que nous votions contre notre adhésion actuelle à l'Union européenne mais (nous ignorions) notre future relation avec l'Europe", souligne celui qui fut Premier ministre de 1997 à 2007. "C'est comme si lors des élections, il fallait juste répondre à la question 'aimez-vous le gouvernement?'. Si tel était le cas, peu de gouvernements seraient réélus."

"Une fois l'alternative connue, nous devrions avoir le droit de réfléchir à nouveau, soit via le Parlement ou une élection, soit par un nouveau référendum qui (...) impliquera cette fois un choix en connaissance de l'alternative à l'adhésion à l'UE", plaide-t-il.

Pour l'ancien dirigeant travailliste, le Royaume-Uni sortira plus faible du Brexit et il souligne que la question de l'Irlande du Nord n'est toujours pas résolue. "Nous commettons une erreur que le monde actuel ne peut comprendre et que les générations futures ne pardonneront pas."

Dans l'entretien accordé au Monde notamment, Tony Blair s'inquiète par ailleurs "du danger que représente un certain fatalisme chez les Européens à propos du Brexit". Pour lui, la sortie du Royaume-Uni est aussi très dangereuse pour l'Europe et ce serait "une erreur si elle prenait une décision de cette ampleur par lassitude". Il affirme que "le débat n'est pas clos" Outre-Manche.

Nos partenaires