Brexit: enfin une réelle avancée ce lundi ?

03/12/17 à 18:50 - Mise à jour à 18:50

Source: Belga

La chance est réelle d'enregistrer enfin une avancée dans les négociations sur le Brexit ce lundi. La Première ministre britannique, Theresa May, doit rencontrer à 13h15 le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et le négociateur en chef pour l'UE, Michel Barnier.

Brexit: enfin une réelle avancée ce lundi ?

© Belga

Theresa May, Jean-Claude Juncker et Michel Barnier devraient, au cours de ce lunch, signer une déclaration sur l'état d'avancée des négociations. Cela pourrait ouvrir la voie au lancement de la deuxième phase des discussions lors du sommet européen des 14 et 15 décembre.

Le président du Conseil, Donald Tusk, a donné à Theresa May et son gouvernement jusqu'à lundi pour formuler des propositions constructives sur trois questions en suspens de la première phase des pourparlers: la facture du Brexit, le statut des ressortissants européens résidant au Royaume-Uni et des résidents britanniques dans l'UE et la frontière irlandaise.

La semaine dernière, une rumeur circulait affirmant que Bruxelles et Londres étaient parvenues à un accord fixant la facture du départ britannique à un montant compris entre 45 et 55 milliards d'euros. Elle a été officiellement démentie, mais le commissaire européen irlandais, Phil Hogan, a laissé savoir que la proposition du Royaume-Uni à ce sujet était "très proche" des attentes européennes. Les médias britanniques sont persuadés que le deal est entériné.

Concernant les statuts des citoyens résidents, MM. Juncker et Barnier doivent encore rencontrer lundi matin Guy Verhofstadt, qui suit les discussions pour le Parlement européen. On ignore si un accord à ce sujet a déjà été trouvé.

Si M. Juncker et Mme May publient effectivement une déclaration commune sur ces sujets, il reste toujours la question de la frontière irlandaise. L'UE ne veut pas d'une frontière dure entre l'Irlande et l'Irlande du Nord, mais Londres ne veut en aucun cas rester dans le marché intérieur européen et son Union douanière. Le gouvernement de Theresa May ne veut pas que l'Irlande soit une exception. Selon plusieurs sources, la déclaration à ce sujet laisserait plusieurs détails suffisamment flous pour être abordés dans de futures discussions.

La visite de Theresa May à MM. Juncker et Barnier a pour but de convaincre les chefs d'Etat et de gouvernement européens que les négociations ont enregistré "de suffisantes avancées" pour lancer la deuxième phase des négociations: celles concernant les futures relations commerciales entre l'Union européenne et le Royaume-Uni.

Nos partenaires