Brexit: Barnier assure n'avoir jamais voulu "faire la leçon" aux Britanniques

04/09/17 à 15:50 - Mise à jour à 15:50

Source: Afp

Le négociateur en chef de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, a voulu éteindre lundi une polémique outre-Manche en assurant qu'il n'avait jamais affirmé vouloir "faire la leçon" aux Britanniques.

Brexit: Barnier assure n'avoir jamais voulu "faire la leçon" aux Britanniques

Michel Barnier © REUTERS

Selon la BBC, M. Barnier a déclaré samedi lors d'une conférence à huis clos au forum Ambrosetti, dans le nord de l'Italie, que le Brexit était un "processus éducatif" pour les Britanniques, des propos qui ont suscité un tollé outre-Manche.

Toujours selon la chaîne, M. Barnier a également affirmé que "quitter le marché unique a des conséquences extrêmement graves et (que) cela n'a pas été expliqué au peuple britannique. Nous voulons enseigner aux gens (...) ce que ça veut dire de quitter le marché unique".

"Nous ne voulons pas +éduquer+ ou +faire la leçon+", a tenu à corriger M. Barnier lundi sur Twitter. "J'ai dit: + le Brexit (est) une occasion d'expliquer les bénéfices du marché unique dans tous les pays, y compris le mien+", a-t-il précisé.

"Pour qui se prend-il ?", s'était indigné dimanche le quotidien conservateur Daily Mail.

"S'il y a bien une chose que les Britanniques n'aiment pas, c'est que des étrangers leur fassent la leçon", a souligné dans ses colonnes le député conservateur eurosceptique Peter Bone. "C'est condescendant et arrogant, mais c'est ce que font les élites de l'UE !".

"C'est très triste de voir que l'UE ne semble pas écouter le peuple britannique depuis le vote du Brexit", a pour sa part déploré lundi John Redwood, député conservateur et ancien ministre, cité dans The Guardian.

Le ministre britannique du Brexit, David Davis, a pour sa part lancé une pique dimanche envers M. Barnier, à propos des termes forts qu'il avait utilisés la semaine dernière pour déplorer qu'"aucun progrès décisif sur les principaux sujets" du divorce n'avait été enregistré dans les négociations.

"Pour le dire carrément, je pense qu'il avait l'air un peu bête parce qu'il y a clairement des choses qui ont avancé", a taclé M. Davis, affirmant que M. Barnier essaie "de nous mettre la pression sur l'argent".

M. Barnier s'était montré particulièrement offensif sur la "facture" du Brexit, affirmant que Londres refusait "d'honorer" certains engagements à long terme pris par le passé pour le budget de l'UE.

Nos partenaires