BP réfléchit à une nouvelle méthode pour boucher la fuite

20/07/10 à 15:11 - Mise à jour à 15:11

Source: Le Vif

Le groupe BP a dit hier étudier une nouvelle opération destinée à définitivement boucher la fuite de pétrole à l'origine de la marée noire dans le golfe du Mexique. Cela pourrait enfin mettre un terme à la catastrophe.

BP réfléchit à une nouvelle méthode pour boucher la fuite

© Reuters

L'opération, baptisée "static kill", ressemble fort à celle tentée, sans succès, fin mai. Il s'agit d'injecter une solution faite d'eau et de matières solides à basse pression dans un conduit passant par la valve anti-explosion du puits, puis de sceller le puits avec du ciment.

BP estime que ses chances de réussite sont, cette fois-ci, plus élevées que lors de l'essai précédent, car le pétrole a cessé de s'écouler. Dès lors, fait valoir le pétrolier, la solution injectée n'aura pas à lutter contre la pression exercée par le mélange de brut et de gaz qui s'échappe de la fuite.

Lors d'une conférence de presse lundi, Kent Wells, le vice-président de BP, a expliqué qu'une décision quant à l'opportunité de l'opération devrait être prise "dans les deux prochains jours", soit bien avant que le premier puits de dérivation (censé totalement arrêter la fuite de pétrole) soit fini, à la fin du mois.

De son côté, l'amiral Thad Allen, responsable des opérations de lutte contre la marée noire pour l'administration, a confirmé que "des discussions sont en cours" sur cette opération. Mais il a prévenu qu'il attendait de nouvelles analyses fournies par BP pour prendre une décision.

Plus tôt lundi, le gouvernement américain avait autorisé BP à maintenir fermé pendant encore 24 heures le puits de pétrole malgré la découverte d'une fuite, tout en demandant au pétrolier de surveiller rigoureusement la situation.

Ensuite, trois "anomalies" ont été repérées autour et sur le puits, a expliqué l'amiral Thad Allen, lors d'une conférence de presse. "Plusieurs anomalies" ont été observées "dans un rayon de quelques centaines de mètres" du puits, sans qu'il ne précise la nature des ces anomalies.

Enfin, les ingénieurs ont observé "des bulles" s'échapper de l'entonnoir installé par BP pour recueillir le pétrole qui s'échappe du puits, a poursuivi Thad Allen. "Nous ne pensons pas", a-t-il expliqué, que ces trois anomalies "aient d'incidence" sur les opérations de lutte contre la marée noire.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires