Berlin évoque une origine criminelle de la contamination à la dioxine

07/01/11 à 15:08 - Mise à jour à 15:08

Source: Le Vif

Des graisses à usage industriel ont été mélangées aux graisses destinées aux aliments pour bétail et volaille, contaminant des oeufs et des porcs avec de la dioxine, produit cancérigène. Les contrôles de contamination, en vigueur depuis fin décembre en Europe, ont repéré des produits contaminés aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. Berlin plaide ce vendredi pour une origine criminelle du scandale.

Berlin évoque une origine criminelle de la contamination à la dioxine

© EPA

Le ministère allemand de l'Agriculture a évoqué vendredi "des indices qui plaident plutôt" pour une origine criminelle dans le scandale de contamination à la dioxine qui touche une bonne partie du pays.

Les graisses à usage industriel sont apparemment moins chères à produire que les graisses alimentaires. "Dans de telles quantités, cela ne peut pas être une erreur", a estimé un responsable des autorités de Basse-Saxe, Konrad Scholz.

Des traces aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne


Gerd Sonnleitner a chiffré le préjudice entre 40 et 60 millions d'euros par semaine, dans le quotidien Neue Osnabrücker Zeitung, et a réclamé l'instauration d'un fonds de soutien alimenté par les fournisseurs d'aliments pour bétail. Des graisses alimentaires fabriquées par le groupe allemand Harles und Jentzsch sont à l'origine du scandale de contamination à la dioxine dans des produits exportés jusqu'aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne.

Aux Pays-Bas, quelque 136.000 oeufs soupçonnés d'être contaminés ont été saisis mardi en provenance d'Allemagne, a-t-on appris vendredi auprès de l'Organisme interprofessionnel néerlandais pour le bétail, la viande, les volailles et les oeufs (PVE). Les graisses n'avaient pas été vendues à l'étranger mais les oeufs en provenance d'un élevage contaminé avaient été livrés début décembre à Barneveld (centre des Pays-Bas), à une entreprise de traitement des oeufs.

Quelque 4.700 fermes ont été provisoirement fermées en Allemagne en raison d'un risque de contamination à la dioxine, l'essentiel d'entre elles en Basse-Saxe (nord). "Les oeufs de Barneveld venaient d'une de ces fermes", a souligné Mme Ruyter, selon laquelle ceux-ci vont "probablement" être détruits

Cette traque aux oeufs contaminés lancée fin décembre par l'Allemagne a également conduit au Royaume-Uni, où des produits fabriqués à base de ces oeufs ont été livrés.

Les oeufs contaminés dans des pâtisseries

Des oeufs importés d'Allemagne et susceptibles d'être contaminés ont servi à la confection de gâteaux et de quiches vendues en grandes surfaces au Royaume-Uni.

Ces produits, de consommation limitée, ont déjà dû être vendus -et mangés-, selon l'Agence britannique de la sécurité alimentaire. Il n'y a cependant pas de risques pour la santé des consommateurs puisque les oeufs contaminés ont été mélangés avec des oeufs sains. En effet, le danger provient d'une consommation de nourriture comportant des niveaux élevés de dioxine pendant une longue période.


Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires