Berlin commémore la fin de la Seconde Guerre mondiale et insiste sur sa "responsabilité"

02/05/15 à 19:18 - Mise à jour à 19:18

Source: Belga

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a commémoré samedi la fin de la bataille de Berlin il y a 70 ans, prélude à la capitulation sans condition de l'Allemagne, insistant sur la "responsabilité" que conserve son pays.

Berlin commémore la fin de la Seconde Guerre mondiale et insiste sur sa "responsabilité"

Berlin, à la fin de la Seconde Guerre mondiale © AFP

"Il nous revient particulièrement - peut-être plus qu'à quiconque - la responsabilité de maintenir un ordre international. Un ordre qui assure la paix", a déclaré M. Steinmeier à la chambre des représentants de Berlin, qualifiant de "libération" la reddition le 2 mai 1945 de la garnison berlinoise face à l'Armée rouge.

Cette tâche incombe "particulièrement à l'Allemagne, dont le nationalisme débridé a plongé le monde dans le chaos (...), et qui a depuis été réintégrée, prudemment et progressivement, à l'ordre pacifique européen et international", a martelé le chef de la diplomatie allemande.

Pour M. Steinmeier, "le 'plus jamais' signifie aussi, pour nous Allemands: 'Plus jamais seuls !'", et implique une politique étrangère tournée vers "la compréhension entre les peuples, la quête de solutions politiques aux conflits et la conservation de structures de maintien de la paix".

Evoquant les liens actuels de Berlin avec les Etats-Unis, la Russie et les pays européens, le chef de la diplomatie allemande a qualifié de "miracle" l'établissement de relations bilatérales entre l'Allemagne et Israël, dont le cinquantième anniversaire sera célébré le 12 mai prochain.

"De nombreux jeunes Juifs viennent chaque année à Berlin, il y a des théâtres juifs, des festivals, des synagogues, des centres culturels, et il paraît qu'on y trouve même des bagels convenables", s'est réjoui M. Steinmeier, insistant sur la nécessité "d'élever la voix contre toutes les formes d'antisémitisme" en Allemagne.

Dans son podcast hebdomadaire diffusé samedi matin, la chancelière Angela Merkel a elle aussi souligné la "responsabilité particulière" de l'Allemagne en raison des crimes du IIIe Reich, et la nécessité de transmettre "l'histoire du national-socialisme, des camps de concentration, de la persécution des minorités et des opposants, et de l'Holocauste".

Nos partenaires