Bélarus : Loukachenko réélu, l'opposition en appelle à la communauté internationale

20/12/10 à 11:36 - Mise à jour à 11:36

Source: Le Vif

Le président du Bélarus Alexandre Loukachenko a été réélu au premier tour avec 79,67% des voix, selon les chiffres de la Commission électorale publiés lundi matin, cités par les agences russes, alors que plusieurs candidats à la présidentielle ont été interpellés dans la nuit.

Bélarus : Loukachenko réélu, l'opposition en appelle à la communauté internationale

© Reuters

Plus de cinq millions de personnes ont voté en faveur d'Alexandre Loukachenko, soit 79,67% des personnes ayant participé au vote, a indiqué la Commission électorale, après avoir dépouillé la totalité des bulletins, selon l'agence Ria Novosti. Selon la commission, citée par les agences, la participation s'est établie à 90,66%.

Par ailleurs, sept des neuf candidats de l'opposition à la présidentielle au Bélarus ont été interpellés dans la nuit de dimanche à lundi après la dispersion sans ménagement de milliers d'opposants au président Alexandre Loukachenko, ont indiqué à l'AFP des sources proches des candidats.

Seuls les candidats Iaroslav Romantchouk et Viktor Terechtchenko ont échappé à l'interpellation, selon les mêmes sources, après la réélection sans surprise dimanche de M. Loukachenko, au pouvoir depuis 16 ans et qui briguait un quatrième mandat. L'opposition a dénoncé des fraudes massives.

Andreï Sannikov, Vladimir Nekliaev, Nikolaï Statkevitch, Rygor Kastoussev, Vitali Rymachevskiï, Ales Mikhalevitch et Dmitri Ouss sont tous aux mains de la police, selon leurs partisans.

Des partis et membres de l'opposition ont également fait l'objet de perquisitions dans la nuit de dimanche à lundi à Minsk, selon les mêmes sources. Aucune confirmation de ces informations n'a pu être obtenue auprès de la police.

Plus de 20.000 sympathisants de l'opposition avaient manifesté dimanche soir dans le centre de Minsk, dénonçant des falsifications massives, avant que la police ne les charge violemment après que les manifestants ont tenté de prendre d'assaut le siège du gouvernement.

L'opposition avait appelé dès samedi à un rassemblement dimanche pour dénoncer les fraudes électorales massives orchestrées selon elle par le pouvoir bélarusse. Les manifestants se sont d'abords rassemblés sur la place d'Octobre avant de rejoindre celle de l'Indépendance.

Elu en 1994 à la première élection présidentielle du Bélarus indépendant, M. Loukachenko a été réélu en 2001 et 2006 (avec 83% des suffrages) à l'issue de scrutins entachés d'irrégularités, selon les observateurs électoraux occidentaux et l'opposition dans cette ex-république soviétique. Ces élections ont également été marquées par la répression des opposants.

L'opposition en appelle à la communauté internationale

Un des candidats de l'opposition à la présidentielle au Bélarus, Iaroslav Romantchouk, a appelé lundi la communauté internationale à faire pression sur le régime, après l'arrestation de sept des candidats d'opposition et de centaines d'autres opposants. "Il est essentiel pour nous d'obtenir la libération des gens et en appeler à la communauté internationale pour qu'elle ne soit pas indifférente quant à la situation au Bélarus", a déclaré M. Romantchouk à l'AFP.

Selon M. Romantchouk, quelque 600 manifestants ont également été interpellés. Les Etats-Unis ont dénoncé lundi le "recours excessif à la force" à l'encontre des opposants au Bélarus, dans un communiqué de l'ambassade à Minsk. L'UE réclame la libération immédiate des opposants arrêtés

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a "condamné" lundi la répression d'une manifestation qui a eu lieu dimanche et réclamé la libération "immédiate" des opposants arrêtés par les forces de l'ordre.

Mme Ashton "condamne le recours à la violence à la suite de l'élection présidentielle au Bélarus, en particulier le fait d'avoir battu et placé en détention plusieurs chefs de l'opposition, y compris un certain nombre de candidats à l'élection présidentielle", a déclaré sa porte-parole, Maja Kocijancik. "Elle appelle les autorités à libérer immédiatement ceux qui ont été arrêtés", a-t-elle précisé.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires