Au rythme actuel, les relocalisations de réfugiés s'achèveront en... 2101

12/11/15 à 21:14 - Mise à jour à 21:12

Source: Belga

Les opérations de relocalisations de réfugiés au sein de l'UE ne seront achevées qu'en... 2101, au rythme actuel de cette répartition entre Etats membres, a ironisé jeudi à Malte le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Au rythme actuel, les relocalisations de réfugiés s'achèveront en... 2101

© AFP

"Je ne suis pas du tout satisfait avec le rythme des relocalisations", a dit M. Juncker lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet européen à La Valette.

Moins de 150 personnes sur les 160.000 que l'Union européenne a prévu de transférer depuis l'Italie et la Grèce, vers d'autres pays européens, l'ont effectivement été ces dernières semaines, a expliqué le président de la Commission.

"Si nous continuons à ce rythme, on en aura terminé en 2101", a-t-il ajouté. "On doit accélérer et j'espère que ce sera fait", a souhaité M. Juncker.

Au total, les Etats membres se sont engagés à accueillir sur deux ans 160.000 réfugiés (syriens, érythréens et irakiens) en provenance d'Italie et de Grèce, à partir de "hotspots" où doit s'opérer un tri entre réfugiés et migrants économiques à leur arrivée.

Des chiffres précis et contraignants de réfugiés à recevoir ont été fixés pour tous les Etats pour une période de deux ans, mais ceux-ci doivent notifier au fur et à mesure des places immédiatement disponibles, pour l'organisation des premiers transferts.

La Commission les a plusieurs fois exhortés ces dernières semaines à être plus rapides pour que les "relocalisations" puissent être mises en oeuvre.

A long terme, l'exécutif européen plaide pour un mécanisme permanent de répartition, sans plafond chiffré et contraignant pour les Etats membres, qui serait déclenché en fonction des situations de crise constatées sur le terrain. Mais plusieurs Etats membres de l'UE y sont catégoriquement opposés.

En savoir plus sur:

Nos partenaires