Gérald Papy
Gérald Papy
Rédacteur en chef adjoint du Vif/L'Express
Opinion

20/01/17 à 14:45 - Mise à jour à 16:52

"Au-delà de l'idéologie, c'est davantage le mode de gouvernance de Trump qui peut être redouté"

L'investiture de Donald Trump vient mettre un terme à la Présidence de Barack Obama, dont on ne pourra réellement mesurer les impacts qu'avec du recul, même si celle-ci laisse un goût d'inachevé. Quant au milliardaire américain, il inquiète. Tant sur le fond que sur la forme, mais aussi sur son mode de gouvernance, où se mêleraient amateurisme, simplisme et conflits d'intérêts.

Entre le Yes we can de 2008 et le Yes we did de 2017, s'est écoulé un long fleuve pas toujours tranquille qui oblige à tempérer l'optimisme du président américain sortant. Sans doute faudra-t-il le recul du temps pour déterminer si la reprise économique, le recul du chômage, le sauvetage de l'industrie automobile, l'extension de la couverture santé à des millions de concitoyens, le rétablissement des relations avec Cuba ou le confinement des prétentions nucléaires iraniennes auront fait de Barack Obama un grand dirigeant. Ou, a contrario, si l'essentiel de son apport à l'histoire du pays se sera résumé à son... élection comme premier président noir des Etats-Unis. D'ores et déjà, une certitude, au moins, s'impose : économiquement et ...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires