Atterrissage d'urgence au Kenya: "Une fausse alerte"

20/12/15 à 08:55 - Mise à jour à 16:38

Source: Afp

L'incident qui a provoqué l'atterrissage en urgence à Mombasa, au Kenya, d'un avion d'Air France, en provenance de l'île Maurice et à destination de Paris, était "une fausse alerte", a indiqué dimanche à la presse le PDG de la compagnie Frédéric Gagey.

Atterrissage d'urgence au Kenya: "Une fausse alerte"

/ © Reuters

L'objet découvert était "un ensemble composé de cartons et d'un espèce de minuteur", a ajouté M. Gagey au cours d'une conférence de presse. "Après analyse, il s'agit d'une fausse alerte (...) d'après les informations dont nous disposons", a-t-il déclaré. "Il n'y avait rien qui présentait un caractère dangereux" pour l'avion, les passagers ou l'équipage, a poursuivi le PDG d'Air France, soulignant que "rien a ce stade ne permet de dire qu'il y a eu une faille dans le dispositif de sûreté à l'escale de l'Ile Maurice".

Le vol AF 463, avec 459 personnes à bord et 14 membres d'équipage, avait quitté l'île Maurice à 21h00 locales (18h00 HB) et devait arriver à Paris à 05h50 locales. Il a atterri à l'aéroport international Moi de Mombasa, sur la côte est du Kenya, à 00h37 locales (22h37 HB) après qu'un colis suspect a été découvert dans des toilettes.

Une source interne à Air France avait décrit l'objet retrouvé comme étant composé de deux horloges digitales transparentes avec deux horaires différents, sans a priori de décompte, d'un fil noir ressemblant à une antenne de radio-réveil, et de quatre cartons rectangulaires reliés par un adhésif et des pinces métalliques.

La France a instauré l'état d'urgence après les attentats du 13 novembre à Paris qui ont fait 130 morts. Le groupe djihadiste Etat islamique (EI), qui a revendiqué ces attaques, a également affirmé être responsable du crash d'un avion russe en octobre en Egypte, qui a coûté la vie aux 224 personnes à bord.

En savoir plus sur:

Nos partenaires