Attentats de Paris: le suspect belge arrêté en Turquie avait un passeport syrien falsifié

25/12/15 à 10:05 - Mise à jour à 10:04

Source: Afp

Ahmed Dahmani, le Belge de 26 ans arrêté mi-novembre en Turquie dans l'enquête sur les attentats de Paris, était en possession d'un passeport syrien falsifié, comme deux des kamikazes du Stade de France, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

Attentats de Paris: le suspect belge arrêté en Turquie avait un passeport syrien falsifié

© AFP

Ahmed Dahmani avait été arrêté le 21 novembre à Antalya, en Turquie, en compagnie de deux Syriens, soupçonnés d'être des passeurs. Il était arrivé dans cette station balnéaire en fin de matinée le 14 novembre, au lendemain des attentats.

Soutien logistique, aide au retour des membres du commando de Syrie, éventuel repérage des lieux des attaques: le rôle de ce délinquant radicalisé, membre de l'entourage des fugitifs Salah Abdeslam et Mohamed Abrini, est un des axes de travail des enquêteurs.

Dans les mois précédant les attentats, il semble avoir effectué plusieurs allers-retours entre l'Europe et la Turquie, voire la Syrie. Il avait déjà été repéré par les autorités turques le 10 février 2015 avant de repartir pour la Belgique le 24. A la même période, un des kamikazes du Stade de France, le Bruxellois Bilal Hadfi, était aussi à Antalya, invoquant un séjour touristique, avant de disparaître des radars. Une concomitance dans laquelle les enquêteurs ont du mal à voir une coïncidence, selon la source proche du dossier.

Le 1er août, Dahmani a été contrôlé seul au port de Patras, au nord du Péloponnèse (Grèce) alors qu'il débarquait d'Italie. Trois jours plus tard, il est de nouveau contrôlé à l'embarcadère de Patras, mais cette fois, il est accompagné de Salah Abdeslam, soupçonné d'être le dixième membre du commando des attaques de Paris.

Selon la source proche du dossier, au moment de son interpellation, Dahmani était en possession d'un téléphone belge neuf contenant des numéros de passeurs mais aussi d'un passeport syrien. Ce document avait été établi au nom de Mazen Mohamed Ali, mais la photographie sur le document était bien celle de Dahmani.

Deux des trois kamikazes du Stade de France, toujours non identifiés, étaient en possession de passeports syriens et s'étaient fondus dans la masse des migrants. Ces passeports avaient été contrôlés le 3 octobre sur l'île de Leros (Grèce).

Le djihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, un des organisateurs présumés des attentats de Paris, tué le 18 novembre à Saint-Denis, a lui aussi effectué des allers-retours entre l'Europe occidentale et la Syrie.

Né à Al Hoceina, dans le Rif marocain, Dahmani est arrivé en Belgique en 1995. Il était considéré par les services de police belge comme un délinquant susceptible d'"agir en bande", "violent", connu pour consommation de drogue, violences et vols.

Nos partenaires