Attentats de Bruxelles: le déroulement des événements

22/03/16 à 15:47 - Mise à jour à 23/03/16 à 12:33

Source: Afp

Le déroulement de cette journée du 22 mars 2016, marquée par des attentats terroristes qui ont secoué Bruxelles, avec de violentes explosions à l'aéroport international et dans le métro qui ont fait au moins une trentaine de morts et des dizaines de blessés.

Attentats de Bruxelles: le déroulement des événements

© BELGA/LAURIE DIEFFEMBACQ

Vers 8H00, deux explosions retentissent à l'aéroport international de Zaventem (Bruxelles).

Peu avant 9H00, la police fédérale parle d'au moins une personne morte et plusieurs autres blessées mais le bilan devrait toutefois être bien plus élevé. L'aéroport est fermé et il n'est plus desservi ni par train ni par bus. Une réunion est en cours au Centre de crise du ministère de l'Intérieur.

Peu après 9H00 retentit une nouvelle explosion dans une rame de métro à la station de métro Maelbeek, non loin des institutions européennes. On parle d'abord d'au moins une quinzaine de blessés.

09H15 : L'alerte anti-terroriste passe à son niveau maximal (4 sur 4) en Belgique.

Peu après 10h00, le parquet fédéral donne le bilan d'au moins 13 morts et 35 blessés à l'aéroport.

Peu avant 10h30, le centre de crise du ministère de l'Intérieur belge demande à la population bruxelloise de cesser de circuler. Tous les transports publics sont désormais fermés. La sécurité est aussi renforcée dans les aéroports, gares et transports en commun à Paris. Mesures de sécurité relevées aussi aux aéroports de Londres (Gatwick), Francfort, Moscou ainsi que dans les aéroports néerlandais et à la frontière sud des Pays-Bas.

Peu avant 11H00 : les pompiers donnent un bilan provisoire d'au moins 21 morts, dont 11 à Zaventem.

Peu après 11H00, l'arrêt du trafic des trains Thalys est ordonné.

Peu après 11H30 , police et armée renforcent la sécurité des centrales nucléaires en Belgique.

11H43 : le premier ministre belge Charles Michel condamne les deux attentats "aveugles, violents et lâches" qui ont frappé la Belgique.

Peu avant 12H00 : une des deux explosions à l'aéroport de Bruxelles a "probablement été provoquée par un kamikaze", affirme le procureur fédéral belge, Frédéric Van Leeuw.

12H15 : la Stib annonce que l'attentat dans le métro a fait au moins 15 morts et 55 blessés, dont 30 graves. Peu après, le bilan provisoire des deux attaques est établi à 26 morts et des dizaines de blessés. Le trafic des trains Eurostar entre Londres et Bruxelles est suspendu.

13h35 : L'enquête sur les attentats est "toujours en cours", les autorités craignant qu'il y "ait encore des personnes dans la nature", indique le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders.

14h30 : L'attentat dans le métro a fait "probablement une vingtaine de décès" ainsi que 106 blessés, annonce le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur, évoquant un bilan encore provisoire. "La situation dans le métro est extrêmement chaotique", reconnait M. Mayeur, évoquant "un travail important pour identifier les victimes".

14H45 Selon un nouveau bilan provisoire des pompiers on compte 14 morts et 96 blessés à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem.

Alerte anti-terroriste maximale, Bruxelles à l'arrêt

Le niveau d'alerte anti-terroriste est passé mardi à son niveau maximal pour l'ensemble de la Belgique, après les attentats meurtriers qui ont frappé le métro et l'aéroport international de Bruxelles.

Dans l'ensemble de la capitale, plus aucun métro, bus ni tram ne circulait plus depuis la mi-journée. Plusieurs tunnels routiers de la ville étaient également fermés.

Le Centre belge de crise a appelé toutes les entreprises de la ville à garder leurs employés, et les écoles à garder leurs élèves dans leurs bâtiments. "Si vous vous trouvez à Bruxelles, restez où vous êtes et ne vous déplacez pas inutilement. Restez à l'intérieur", a adjuré le Centre de crise dans des conseils à la population donnés sur son site internet. "Ne venez pas à Bruxelles", a-t-il aussi demandé.

Il était très difficile de passer des coups de téléphone à Bruxelles dans la journée, le réseau étant le plus souvent saturé. "Pour ne pas surcharger l'Internet, limitez le streaming vidéo ou musique", a exhorté le Centre de crise, invitant les habitants à contacter leurs proches par SMS ou par les médiaux sociaux plutôt qu'en les appelant.

Les principaux centres commerciaux de Bruxelles ont fermé leurs portes mardi et plusieurs chaînes de supermarchés de la ville, et dans les environs, ont également baissé leurs rideaux.

La pittoresque Grand Place, au coeur de la capitale belge, haut lieu historique et touristique, était quasiment déserte, selon un journaliste de l'AFP.

Les quatre campus de l'Université libre de Bruxelles (ULB) - trois à Bruxelles et un à Charleroi - ont été évacués. "Cela concerne 26.000 étudiants et 5.000 membres du personnel, soit 31.000 personnes au total", a expliqué un porte-parole de l'ULB, Nicolas Dassonville.

Ailleurs en Belgique, la sécurité a été renforcée autour des deux centrales nucléaires de Doel et de Tihange, et le personnel non nécessaire à leur exploitation a été évacué. "Les centrales continuent à fonctionner", l'évacuation "se passe calmement", a indiqué un porte-parole d'Electrabel, filiale du groupe Engie et exploitant des centrales.

Nos partenaires