Assad: les frappes britanniques en Syrie, "illégales" et "soutien au terrorisme"

06/12/15 à 14:00 - Mise à jour à 14:00

Source: Afp

Les frappes aériennes menées depuis jeudi par le Royaume-Uni contre le groupe djihadiste État islamique (EI) en Syrie sont "illégales" et vont être "un soutien au terrorisme", a affirmé le président syrien Bachar al-Assad dans une interview au Sunday Times.

Assad: les frappes britanniques en Syrie, "illégales" et "soutien au terrorisme"

Le président syrien Bachar al-Assad, interviewé par Khabar TV le 4 octobre 2015 © Belga Image

"Cela va être préjudiciable et illégal et cela va être un soutien au terrorisme", a affirmé le président syrien dans cette interview publiée dans le quotidien dominical, en évoquant ces frappes autorisées mercredi soir par le parlement britannique.

"Vous ne pouvez pas les (le groupe EI) battre avec seulement des frappes aériennes. Vous ne pouvez pas les battre sans coopérer avec des troupes au sol. Vous ne pouvez pas les battre si vous n'avez pas l'approbation du peuple et du gouvernement", a-t-il martelé.

Le président syrien a également ironisé sur les "70.000 combattants syriens modérés" évoqués par le Premier ministre britannique David Cameron sur lesquels la coalition pourrait s'appuyer au sol. "Où sont-ils? Où sont les 70.000 modérés dont il parle? Il n'y en a pas 70.000. Il n'y en a pas 7.000", a-t-il affirmé.

Bachar al-Assad a au contraire fait l'éloge de l'intervention russe dans son pays, qu'il a qualifiée de "légale" car répondant à "une demande" de sa part.

"Combien y a-t-il de cellules extrémistes maintenant en Europe? Combien d'extrémistes avez-vous exportés de l'Europe à la Syrie? Le danger c'est l'incubateur. Les Russes l'ont bien compris. Ils veulent protéger la Syrie, l'Irak, la région et même l'Europe. Je n'exagère pas en disant qu'ils protègent aujourd'hui l'Europe", a-t-il fait valoir.

Bachar al-Assad a également maintenu la porte ouverte à une coopération avec les pays occidentaux, s'ils sont "vraiment prêts à nous aider à combattre le terrorisme". "S'ils sont prêts, nous les accueillerons", a-t-il dit.

"Nous sommes pragmatiques. Au final, nous voulons régler la situation en Syrie et éviter davantage d'effusion de sang", a-t-il encore affirmé.

Nos partenaires