Arrivé en Birmanie, le pape rencontre le chef de l'armée

27/11/17 à 17:48 - Mise à jour à 17:48

Source: Afp

Accueilli par des milliers de Birmans, le pape François est arrivé lundi à Rangoun pour une visite délicate, qui a débuté avec une rencontre surprise avec le chef de l'armée, accusé de mener une "épuration ethnique" contre la minorité musulmane des Rohingyas.

Arrivé en Birmanie, le pape rencontre le chef de l'armée

© Reuters

Le général Min Aung Hlaing a eu la primeur d'une audience avec le pape en fin de journée à sa résidence: un ajout de dernière minute qui permet au puissant chef de l'armée de se positionner en interlocuteur de premier plan, en devançant la rencontre mardi avec la dirigeante civile et prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi.

L'aura internationale de cette dernière a été fortement ternie par son manque d'empathie affiché pour les Rohingyas, qui sont plus de 620.000 à avoir fui depuis fin août au Bangladesh pour échapper à une campagne de répression de l'armée, qualifiée d'"épuration ethnique" par les Nations unies.

Le général Min Aung Hlaing est accusé par les organisations de défense des droits de l'Homme d'être le principal responsable de cette campagne. Il s'est dit opposé au retour en masse des Rohingyas, malgré un accord en ce sens annoncé la semaine dernière entre les gouvernements birman et bangladais.

La rencontre entre le pape et le général, "de courtoisie" selon le Vatican, n'a duré qu'une quinzaine de minutes.

Le chef de l'armée a assuré au pape que son pays n'exerçait "aucune discrimination religieuse". "De même, notre armée (...) agit pour la paix et la stabilité du pays", a-t-il déclaré, cité dans un post publié sur Facebook.

"Ils ont parlé de la grande responsabilité des autorités du pays en cette période de transition", a prudemment commenté le Vatican.

Le pape sait que ses déclarations concernant le sort de la minorité seront scrutées à la loupe lors de cette visite de quatre jours. Il n'a pas hésité à dénoncer à plusieurs reprises ces derniers mois le traitement réservé à ceux qu'il appelle ses "frères rohingyas", au risque de froisser la majorité bouddhiste de Birmanie.

Croire à la paix

L'opinion publique, portée par un nationalisme bouddhiste antimusulman, est chauffée à blanc par les critiques internationales sur le traitement des Rohingyas.

Mais, agitant des drapeaux birman et du Vatican, les catholiques birmans ayant fait le déplacement pour apercevoir le pape lundi voulaient croire en une paix possible.

"Il vient pour la paix", assurait Christina Aye Aye Sein, employée de banque catholique, arborant un T-shirt avec la photo du pape et le slogan de sa visite: "Paix et amour".

"Je vous demande de m'accompagner par la prière, afin que ma présence soit pour ces populations un signe de proximité et d'espérance", avait lancé le pape dimanche aux 30.000 fidèles réunis place Saint-Pierre pour la prière de l'angélus.

Les quelque 700.000 catholiques de Birmanie - un peu plus de 1% des 51 millions d'habitants - qui ont longtemps été victimes de discriminations de la junte, espèrent beaucoup de cette visite.

Exode

Mais ce voyage donne également de l'espoir aux réfugiés rohingyas, qui ont raconté depuis le Bangladesh les exactions de l'armée birmane - viols, meurtres, torture.

Nur Mohammad, imam de 45 ans dans un camp de réfugiés à Cox's Bazar au Bangladesh, espère que le pape demandera le retour des Rohingyas, avec "la citoyenneté et la fin de toutes les discriminations".

Avant la flambée de violences en août, environ un million de musulmans rohingyas vivaient en Birmanie, depuis des générations pour certains. Mais depuis la loi de 1982, ils sont privés de la nationalité birmane et constituent la plus grande population apatride au monde.

Ils sont victimes de multiples discriminations - travail forcé, extorsion, restrictions à la liberté de mouvement, règles de mariage injustes et confiscation des terres.

Mais les marges de manoeuvre du pape sont étroites car "la grande majorité des gens en Birmanie ne croient pas au récit international des abus contre les Rohingyas et à un exode en grand nombre de réfugiés au Bangladesh", explique Richard Horsey, analyste indépendant basé en Birmanie.

Selon lui, "si le pape venait à évoquer de façon appuyée le sujet, cela attiserait les tensions", ce que redoute la minorité catholique.

Nos partenaires