Après avoir été acquittée, Amanda Knox à nouveau lourdement condamnée

31/01/14 à 07:04 - Mise à jour à 07:04

Source: Le Vif

Le verdict de la Cour d'appel de Florence est tombé peu avant 21H00 GMT, après 12 heures de délibérations: Knox, jugée par défaut, a été condamnée à 28 ans et 6 mois de prison et Sollecito à 25 ans de réclusion. Le procureur avait requis 30 ans pour la jeune femme car, selon lui, elle était à l'origine de la blessure la plus profonde infligée à la victime, "immobilisée comme si elle avait été un animal".

Après avoir été acquittée, Amanda Knox à nouveau lourdement condamnée

De hoofdverdachte in deze zaak, de Amerikaanse uitwisselingsstudente Amanda Knox (25), werd in 2009 reeds veroordeeld tot 26 jaar cel voor de seksmoord op haar kotgenote Meredith Kercher. In 2011 werd ze wegens gebrek aan bewijs in beroep vrijgesproken en trok ze terug naar haar geboortestad Seattle waar ze tot op heden verblijft. De Italiaanse pers, die haar de bijnamen 'Foxy Knoxy' en 'De engel met duivelsogen' gaf, omschrijft Knox steevast als een 'gevaarlijke, narcistische door seks en drugs geobsedeerde wilde meid.' © Reuters

La jeune Américaine de 26 ans et son ancien fiancé de 29 ans ont déjà passé quatre ans derrière les barreaux, après avoir été condamnés en première instance, en 2009, à 26 et 25 ans de réclusion, lors d'un procès hautement médiatisé. Ils avaient ensuite été acquittés en appel en octobre 2011, mais ce jugement a été annulé l'année dernière par la Cour de Cassation qui y avait relevé "de multiples contradictions et des incohérences manifestes".

Après sa libération, Amanda Knox était immédiatement retournée dans sa ville natale, Seattle (Etats-Unis). Elle ne s'est pas représentée devant la justice italienne, refusant de se mettre "entre les mains de ceux qui veulent absolument m'envoyer en prison pour quelque chose que je n'ai pas fait", a-t-elle déclaré dans une interview récente au New York Times.

"Je suis effrayée et attristée par ce verdict injuste", a réagi l'Américaine dans un communiqué diffusé depuis les Etats-Unis, en dénonçant "un manque de preuves flagrant" et des "poursuites injustifiées". "Je ressens beaucoup de tristesse, nous avons parlé avec Amanda, elle l'a mal pris (..) Nous avons encore un chemin à parcourir et nous le parcourrons", a indiqué Luciano Ghirga, un des avocats de Knox, en annonçant un nouveau recours en Cassation.

Contrairement à la jeune femme, Sollecito a assisté à son procès et s'est même présenté jeudi matin devant la Cour mais pas au moment du verdict. Sa condamnation qui, comme celle de Knox, n'est pas définitive tant que tous les recours n'ont pas été épuisés, est assortie d'une interdiction de quitter le territoire italien.

"C'est un procès sans preuves, nous nous pourvoirons en Cassation. Nous sommes prêts à un ping-pong à l'infini jusqu'à ce que soit reconnu l'acquittement de Raffaele Sollecito", a annoncé son avocate Giulia Bongiorno. La famille de Meredith venue à Florence pour le verdict a réagi avec son habituelle modération. "Nous voulons juste connaître la vérité sur ce qui s'est passé cette nuit-là et obtenir justice", a expliqué Stephanie, soeur de Meredith. Leur avocat Francesco Maresca s'est dit satisfait qu'"un peu de justice (ait) été rendue pour Meredith et sa famille. C'est le verdict que nous attendions, que nous voulions. Nous savions que le verdict en première instance était juste, et équilibré".

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 2007, Meredith Kercher, 21 ans, avait été retrouvée, à demi-nue et dans une mare de sang, le corps portant les traces de 47 coups de couteau, dans l'appartement qu'elle partageait avec Amanda Knox à Pérouse, ville universitaire médiévale du centre de l'Italie. L'autopsie avait démontré que la jeune femme, étudiante à l'université de Leeds (nord), avait également été violée.

De nouvelles expertises ont été demandées lors du procès en appel "bis", notamment sur l'arme du crime présumée, un couteau de cuisine retrouvé chez Sollecito, qui comporte autant de traces de Knox (sur le manche) que de Meredith (sur la lame), mais qui se sont avérées non concluantes. Dans un courriel adressé aux membres de la Cour de Florence, la jeune femme avait écrit : "je ne suis pas un monstre". "J'ai été décrit comme un tueur sans pitié mais je suis loin de tout ça", s'est aussi défendu avec émotion Sollecito lors d'une des audiences. Expliquant aux huit jurés qu'Amanda avait été "son premier vrai amour", il avait raconté le "petit conte de fées" vécu avec la jeune Américaine "insouciante".

En savoir plus sur:

Nos partenaires