Amina Sboui, ex-Femen, aurait été agressée et tondue en France

07/07/14 à 10:30 - Mise à jour à 10:30

Source: Le Vif

Amina Sboui, jeune tunisienne féministe de 19 ans, aurait été agressée à Paris dimanche matin par cinq individus qui l'ont extirpée du métro et lui ont tondu la tête et les sourcils.

Amina Sboui, ex-Femen, aurait été agressée et tondue en France

© Reuters

Ce dimanche, Amina Sboui a publié un message sur sa page Facebook affirmant qu'elle s'était fait agresser et insulter par cinq individus alors qu'elle était dans le métro à Paris. "Ils m'ont rasé les sourcils, les cheveux en me disant que je ne méritais pas la beauté que Allah m'a donnée", raconte-t-elle. Menacée de viol, elle aurait réussi à s'échapper en suppliant ses agresseurs et en promettant de redevenir une bonne musulmane. Elle aurait même lu une partie du Coran pour qu'ils la lâchent.

Le Nouvel Observateur affirme que la jeune femme était au commissariat du 18e arrondissement pour porter plainte ce matin.

Sur cette même page, certains internautes remettent déjà en cause sa version de l'incident. Avec un argument repris plusieurs fois: il n'y a pas de métros à 5 heures du matin. Les premiers trains s'arrêtent pourtant bien Place de Clichy à partir de 5h30 ou 5h45, selon les lignes.

Jeune féministe, Amina Sboui s'est fait connaitre en 2013 en publiant une photo seins-nus sur la page Facebook des Femen de Tunisie. "Mon corps m'appartient et n'est source d'honneur pour personne", avait-elle alors affirmé, ce qui a provoqué un tollé en Tunisie. Elle a alors reçu des menaces de mort de la part de salafistes et s'est fait enlever par sa famille durant plusieurs semaines.

Quelques mois plus tard, elle a quitté le mouvement des Femen qu'elle jugeait islamophobe et s'est installée en France à la fin de l'été 2013 pour faire ses études. En février de cette année, elle a publié le livre "Mon corps m'appartient" retraçant son combat féministe.

En savoir plus sur:

Nos partenaires