Amanda Knox acquittée

04/10/11 à 10:12 - Mise à jour à 10:12

Source: Le Vif

Surprise en Italie où la cour d'appel de Pérouse n'a pas reconnu lundi soir la culpabilité de l'étudiante américaine Amanda Knox, accusée du meurtre d'une colocataire britannique de 21 ans.

Amanda Knox acquittée

© Image Globe / TIZIANA FABI

Une liberté controversée. Après quatre ans passés derrière les barreaux, l'étudiante américaine Amanda Knox a été libérée lundi soir. La cour d'appel de Pérouse (centre de l'Italie) l'a acquittée du meurtre en 2007 de sa colocataire britannique, Meredith Kercher.

Condamnée en première instance en 2009 à 26 ans de prison, Amanda Knox devrait rapidement regagner les Etats-Unis, où son acquittement a été salué par le Département d'Etat qui a rendu hommage à "l'examen soigneux" de cette affaire par la justice italienne.

A l'énoncé du verdict de la Cour d'Appel, cette Américaine de 24 ans, livide, a éclaté en sanglots et étreint ses avocats.

Son petit ami de l'époque, l'Italien Raffaele Sollecito, 27 ans, également accusé du meurtre, a lui aussi été acquitté et libéré.

Une décision controversée

"Le cauchemar est terminé", a déclaré aux journalistes sa soeur Deanna Knox, en larmes. "Elle a souffert pendant quatre ans pour un crime qu'elle n'a pas commis".

Le verdict a été accueilli par les applaudissements de ses supporters, mais une foule rassemblée devant le tribunal s'est mise à siffler et crier "honte!", "assassins !".

Meredith Kercher, étudiante de Leeds de 21 ans, avait été retrouvée à demi-nue et dans une mare de sang, le corps transpercé de 43 coups de couteau. L'autopsie a démontré qu'elle avait également été violée.

S'exprimant dans la journée devant la presse, sa famille avait estimé que la victime avait "été oubliée", jugeant que la frénésie médiatique autour du procès avait bénéficié à l'Américaine. Dans la soirée, elle a fait savoir qu'elle "ne comprenait pas" comment les juges avaient pu inverser la sentence rendue en première instance.

"Je n'ai pas tué, je n'ai pas violé, je n'étais pas là"

La remise en cause par des experts indépendants de la fiabilité des tests ADN réalisés sur l'arme du crime - un couteau de cuisine - et l'agrafe du soutien-gorge de Meredith a sans doute fortement pesé sur la décision du jury.

Dans la matinée, Amanda Knox et Raffaele Sollecito avaient clamé leur innocence dans des déclarations chargées d'émotion.

"Je paye pour un crime que je n'ai pas commis", a déclaré l'accusée entre deux sanglots dans un tribunal pris d'assaut par 400 reporters, photographes et cameramen de télévisions étrangères.

"Je veux rentrer chez moi. Je veux retrouver ma vie. Je n'ai pas tué, je n'ai pas violé, je n'étais pas là", a-t-elle répété, croisant les doigts comme dans une prière aux jurés.

S'exprimant dans un italien fluide, la jeune femme a dénoncé des accusations "injustes", rejetant le portrait dressé d'elle par un procureur qui l'a décrite comme "à double face" à la fois "angélique" et "démoniaque".

Libérée mais condamnée pour diffamation

Selon le jugement rendu en première instance, Amanda Knox et Raffaele Sollecito avaient donné à Meredith le coup fatal tandis que Rudy Guédé, un Ivoirien condamné à 16 ans de prison dans un procès séparé, lui tenait les bras parce qu'elle refusait de participer à un jeu sexuel. Tous étaient sous l'emprise de la drogue et de l'alcool.

"Dans ma vie, je n'ai jamais fait de mal à personne", a plaidé Raffaele Sollecito, insistant sur les quatre années déjà passées en prison. "Chaque jour qui se termine, c'est comme mourir", a-t-il ajouté.

Knox et Sollecito avaient été condamnés en première instance respectivement à 26 ans et 25 ans de prison.

Le parquet avait demandé d'alourdir ces peines jusqu'à la perpétuité, arguant que les deux jeunes gens ont tué "pour rien" Meredith dans la nuit du 1er novembre 2007. Une thèse rejetée par le jury.

Les deux accusés affirmaient avoir passé la nuit du meurtre ensemble au domicile du jeune homme.

La Cour d'Appel a en revanche confirmé la condamnation pour diffamation d'Amanda Knox qui avait dans un premier temps accusé Patrick Lumumba, le propriétaire congolais d'un bar, rapidement innocenté par la suite.

Levif.be avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires