Algérie: Les armes utilisées par les ravisseurs achetées aux rebelles libyens

23/01/13 à 21:00 - Mise à jour à 21:00

Source: Le Vif

Les armes utilisées par les ravisseurs lors de la prise d'otages sur un site gazier du Sahara algérien avaient été achetées par le chef du commando islamiste à des rebelles libyens, a rapporté mercredi le quotidien algérien Echorouk.

Algérie: Les armes utilisées par les ravisseurs achetées aux rebelles libyens

© GoogleMap

Selon le quotidien francophone El Watan, l'attaque a été planifiée en Libye. "Les premières auditions des trois terroristes capturés par les

services de sécurité ont permis de révéler que les rebelles de Zenten (sud-ouest de la Libye) étaient derrière la vente des armes utilisées lors de l'attaque contre le site gazier de Tiguentourine", près d'In Amenas, a précisé Echorouk, journal arabophone.

Trois assaillants ont été capturés lors de l'opération lancée par les forces spéciales contre le commando islamiste auteur de la prise d'otage, selon le Premier ministre Abdelmalek Sellal.

Selon Echorouk, c'est le chef du commando islamiste, l'Algérien Mohamed Lamine Bencheneb, tué dans l'assaut des forces spéciales, qui a négocié auprès des rebelles libyens l'achat des armes, "des kalachnikov au prix de 900 dinars libyens (600 dollars) l'unité et des roquettes au prix de 1.200 dinars (800 dollars)".

Une source très proche des groupes extrémistes en Libye avait indiqué mardi, sous couvert de l'anonymat, que le commando islamiste appartenant au groupe "Les Signataires par le sang", dirigé par Mokhtar Belmokhtar, aurait bénéficié d'une "aide logistique" d'islamistes en Libye, sans en préciser la nature."L'opération a été organisée et préparée en Libye, sous la direction de Belmokhtar. Seuls quelques éléments sont venus du nord du Mali pour renforcer le groupe. Les autres, comme les onze Tunisiens (...) étaient en Libye, avec Mokhtar Belmokhtar", a précisé de son côté le quotidien francophone El Watan.

L'armement lourd "qu'ils avaient en leur possession ne provient pas du nord du Mali, mais plutôt de Libye où des tonnes d'armes de guerre avaient été larguées par l'aviation française durant l'insurrection contre le régime de Kadhafi", a ajouté El Watan, citant des sources sécuritaires.

M. Sellal avait annoncé lundi que "les 32 terroristes sont venus du nord du Mali" et le groupe des "Signataires par le sang" avait demandé à la France de "négocier" la fin de son intervention militaire dans ce pays.

Levif.be avec Belga

Nos partenaires