Algérie : l'armée ne contrôle qu'une partie du site gazier

18/01/13 à 08:46 - Mise à jour à 08:46

Source: Le Vif

L'assaut mené par les forces spéciales de l'armée algérienne pour libérer les otages jeudi d'un groupe islamiste sur un site gazier du centre-est de l'Algérie, n'a permis dans un premier temps que de contrôler une partie du complexe, a rapporté l'agence nationale APS. "L'incident terroriste en Algérie est toujours en cours", a indiqué vendredi matin le ministère britannique des Affaires étrangères.

Algérie : l'armée ne contrôle qu'une partie du site gazier

© GoogleMap

Des sources de la préfecture régionale d'Illizi avaient d'abord annoncé à l'APS la fin de l'assaut. Elles ont précisé par la suite que seul le "site de vie", où se trouvait la majorité des otages, était neutralisé tandis que les forces de sécurité encerclaient encore l'usine du complexe, situé à quelque 1300 km au sud-est d'Alger.

Seuls des bilans partiels des victimes de l'assaut et des personnes libérées ont été fournis officiellement.

Des centaines de travailleurs algériens et une quarantaine d'étrangers avaient été pris en otages mercredi par un groupe lié à Al-Qaïda sur le site d'In Amenas.

Le ministre de la Communication Mohamed Saïd a indiqué jeudi soir que plusieurs personnes, otages et assaillants, avaient été tuées lors de l'opération et de nombreux otages libérés.

Abou al-Baraa, le chef du commando a été tué jeudi, a annoncé un porte-parole du groupe auteur du rapt à l'agence mauritanienne Nouakchott information (ANI). "Probablement de nationalité algérienne", al-Baraa est né à la fin des années 1970 et est devenu membre du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) au début des années 2000, selon Al-Akbar.

Al-Maraa avait notamment contribué à l'implantation d'islamistes armés dans le nord du Mali, aujourd'hui occupé par ces groupes, toujours selon le site.

Il soulignait la nécessité de faire tomber les régimes de la région pour parachever le Printemps arabe, et accusait Alger et Nouakchott d'être les agents de la France dans la région.

En savoir plus sur:

Nos partenaires