Affaire Cahuzac: Hollande touché au coeur

03/04/13 à 09:38 - Mise à jour à 09:38

Source: Le Vif

Avec la mise en examen de son ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac pour blanchiment de fraude fiscale, le président François Hollande doit gérer la pire nouvelle depuis le début de son quinquennat.

Affaire Cahuzac: Hollande touché au coeur

© Reuters

A-t-il sous-estimé l'ampleur du désastre? En laissant Jean-Marc Ayrault apparaître mardi soir à la télévision, François Hollande a commis une faute. Car l'affaire Cahuzac, qui s'est conclut par la mise en examen de l'ancien ministre du Budget, est la pire nouvelle depuis le début de son quinquennat.

C'est de morale publique qu'il s'agit ici. Pas d'une affaire interne au gouvernement, pas d'un recul dans un rapport de force avec des manifestants, des syndicats ou des partenaires européens, pas d'un désaveu imposé par la réalité économique ou industrielle.

"Malheur aux élus qui succomberont à la corruption", disait le candidat au Bourget. Qui a donc nommé ministre du Budget un homme ayant eu un compte en Suisse. Alors que la politique est déjà déconsidérée aux yeux d'une partie chaque jour croissante de l'opinion, la "République irréprochable" chère à Hollande est désormais vidée de son sens.

Le 23 mars 1998, Jacques Chirac était sorti de sa réserve, "parce qu'on risque d'abîmer la France", et avait soulevé une question de "morale": il était intervenu solennellement à la télévision, entre les deux tours des élections régionales, pour empêcher la droite républicaine de faire alliance avec le Front national. Il parlait donc aussi à son camp.

François Hollande aurait pu, aurait dû parler, à l'ensemble du pays, mais aussi à la gauche, pour qui l'argent reste un sujet sensible. Il aurait dû faire front. La déflagration est telle qu'elle menace tout son quinquennat. Comment demander des efforts pour les retraites, comment s'interroger sur les économies à tirer des allocations familiales, comment incarner la justice quand la parole politique vient d'être à ce point décrédibilisée? N'est-ce pas un sujet pour le président de la République?

Eric Mandonnet

Nos partenaires