Affaire Bettencourt : Sarkozy nie tout sur France2

13/07/10 à 10:01 - Mise à jour à 10:01

Source: Le Vif

Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé lundi son soutien à son ministre du Travail Eric Woerth, affaibli par le scandale politico-fiscal autour de Liliane Bettencourt, et a fermement nié avoir lui-même reçu de l'argent de la femme la plus riche de France.

Affaire Bettencourt : Sarkozy nie tout sur France2

© EPA

Au plus bas dans les sondages, M. Sarkozy s'exprimait en public pour la première fois depuis le début du scandale qui a déclenché la crise politique la plus grave depuis son accession à la présidence en 2007.

"Eric Woerth est un homme profondément honnête qui vient de subir la calomnie et le mensonge pendant trois semaines", a déclaré le président sur la chaîne de télévision France 2. "Il sera le ministre qui défendra cette réforme si nécessaire des retraites", texte phare de la deuxième partie du mandat présidentiel, a dit M. Sarkozy. Cette réforme, qui doit reculer l'âge minimal de départ de 60 à 62 ans, sera présentée mardi en Conseil des ministres et doit être votée par le Parlement d'ici fin octobre.

Eric Woerth a été accusé de conflits d'intérêts, notamment en matière fiscale, et de financement politique illégal de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, dans des affaires aux multiples volets autour de Liliane Bettencourt, héritière du groupe de cosmétiques L'Oréal, âgée de 87 ans.

L'intervention de Nicolas Sarkozy survenait au lendemain de la publication d'un rapport administratif sur la gestion du dossier fiscal de Mme Bettencourt selon lequel Eric Woerth n'a pas couvert de possibles fraudes lorsqu'il était ministre du Budget (2007-mars 2010).

Avec ce rapport, Eric Woerth "est lavé de tout soupçon", a jugé le président, alors que l'opposition demande que ce soit la justice qui fasse toute la lumière. "Il y a manifestement du côté du président de la République suffisamment de choses à cacher pour qu'il ne juge pas nécessaire d'en appeler à un juge indépendant", a affirmé le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon.

Le Premier ministre François Fillon a estimé au contraire que M. Sarkozy avait "répondu à toutes les rumeurs et les calomnies". "Tous ceux qui espéraient bousculer son autorité et affaiblir sa volonté d'agir en sont pour leurs frais", a-t-il déclaré.

Eric Woerth est critiqué pour des "conflit d'intérêts", car il était trésorier du parti présidentiel UMP à cette époque et son épouse Florence gérait une partie de la fortune de Mme Bettencourt. Il pourrait être entendu par la justice dans le cadre des trois "enquêtes préliminaires" ouvertes sur les différents aspects de cette affaire qui a débouché lundi sur sept nouvelles perquisitions de la police.

Pour agir "à l'avenir" contre les conflits d'intérêts, Nicolas Sarkozy va mettre en place une commission réunissant toutes les familles politiques afin d'élaborer des propositions. Il a également conseillé à Eric Woerth d'abandonner ses fonctions de trésorier de l'UMP. Ce dernier s'est exécuté dès aujourd'hui, annonçant sa démission de ce poste.

Nicolas Sarkozy a par ailleurs affirmé que c'était "une honte" de l'avoir accusé d'avoir "ramassé des enveloppes" d'argent chez Mme Bettencourt. Cette accusation avait été attribuée par un journal en ligne à l'ancienne comptable de Mme Bettencourt, laquelle avait ensuite démenti avoir tenu ces propos. "On me décrit comme quelqu'un qui, depuis 20 ans, irait chez Mme Bettencourt pour ramasser des enveloppes. C'est une honte! ", s'est exclamé M. Sarkozy.

Revenant sur le climat délétère créé par une série de scandales relatifs à l'utilisation des deniers publics par des ministres (deux ont démissionné), M. Sarkozy a soutenu que "la classe politique n'était pas corrompue". Tout au plus a-t-il reconnu un "certain laisser-aller", de "mauvaises habitudes".

M. Sarkozy a enfin confirmé qu'il y aurait un remaniement ministériel en octobre après la réforme des retraites. "Cette étape-là marquera le dernier tiers de mon quinquennat", le mandat de cinq ans qui s'achèvera en 2012, a annoncé le président.

Alors que la première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a vu dans l'intervention de M. Sarkozy "auto-persuasion" et
"auto-satisfaction", M. Fillon a jugé que le président montré sa "détermination à poursuivre la modernisation" de la France.

Perquisitions chez Bettencourt

Dans le même temps, la police a procédé lundi à une perquisition au domicile à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, de Liliane Bettencourt.

Cette perquisition s'inscrit, selon le quotidien Le Figaro, dans le cadre d'une enquête ouverte pour fraude fiscale présumée de l'héritière du géant des cosmétiques l'Oréal, suggérée par les enregistrements pirates de conversations entre elle-même et son principal conseiller financier. Sollicité par l'AFP, l'avocat de Mme Bettencourt, Me Georges Kiejman, a précisé que sa cliente "n'avait pas été entendue (par les policiers, ndlr)".

Mme Bettencourt a reconnu l'existence de comptes en Suisse, qu'elle s'apprête à "régulariser". Selon Me Kiejman, "ces comptes sont ouverts depuis de très nombreuses années et si l'objectif de Mme Bettencourt était de faire des économies fiscales, ça fait longtemps qu'elle vivrait en Suisse".

Selon le site du Figaro, le domicile du photographe François-Marie Banier, un proche de Mme Bettencourt, a lui aussi été perquisitionné lundi.

Le Vif.be avec Belga

Nos partenaires