Adhésion de la Palestine à l'ONU : le vote compromis

04/11/11 à 10:14 - Mise à jour à 10:14

Source: Le Vif

Les Palestiniens risquent de ne pas réunir le minimum de neuf voix requis au Conseil de sécurité. La France, la Grande-Bretagne et la Colombie ont annoncé jeudi qu'ils comptaient s'abstenir.

Adhésion de la Palestine à l'ONU : le vote compromis

© Reuters

La France, la Grande-Bretagne et la Colombie ont annoncé jeudi au Conseil de sécurité qu'ils comptaient s'abstenir lors du vote sur l'adhésion de la Palestine à l'ONU prévu d'ici la fin de l'année, ont renseigné des diplomates sous couvert d'anonymat.

Six pays du Conseil de sécurité ont déjà publiquement annoncé qu'ils voteraient pour l'adhésion d'un Etat de Palestine: le Brésil, la Chine, l'Inde, le Liban, la Russie et l'Afrique du Sud. L'Allemagne n'a pas indiqué ses intentions mais elle devrait soit s'abstenir soit voter non, selon des diplomates. Le Portugal devrait s'abstenir, tout comme la Bosnie-Herzégovine. "Le Nigeria et le Gabon devraient soutenir les Palestiniens", a indiqué un diplomate occidental.
Un projet de rapport sera formellement présenté le 11 novembre lors d'une ultime réunion au niveau des ambassadeurs. Ensuite, il faudra qu'au moins un des quinze pays du Conseil demande le passage au vote, peut-être d'ici la fin novembre, mais vraisemblablement avant la fin de l'année, selon des diplomates.

Des chances quasi-nulles d'adhésion

Lors de ce vote, les Palestiniens risquent fort de ne pas réunir le minimum de neuf voix pour que le Conseil de sécurité établisse une recommandation positive pour l'Assemblée générale. Dans tous les cas, même s'il y parviennent, Washington a déjà annoncé qu'il opposerait son veto.

Riyad Mansour, ambassadeur palestinien à l'ONU, a souligné devant la presse qu'il "était temps pour le Conseil de sécurité d'agir", ajoutant qu'il avait rencontré l'ambassadeur portugais à l'ONU, Jose Filipe Moraes Cabral, qui assure la présidence du Conseil pour novembre, et qu'il lui avait demandé une réaction du Conseil face "aux provocations et représailles" israéliennes après l'admission de la Palestine à l'Unesco. Israël a décidé d'accélérer la construction de 2 000 logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée et de geler provisoirement le transfert de fonds dus à l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, s'attirant une avalanche de critiques de la communauté internationale.

Après l'Unesco...

La saga palestinienne à l'ONU a commencé le 23 septembre par le dépôt d'une candidature par le président palestinien Mahmoud Abbas. Israël y est farouchement opposé et les Etats-Unis aussi.
Le Palestiniens ont néanmoins gagné une importante victoire diplomatique avec leur adhésion surprise à l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) le 31 octobre par 107 voix pour, 52 abstentions et 14 voix contre (dont les Etats-Unis).

En cas d'échec au Conseil de sécurité, ils auront encore toutes les chances d'obtenir un vote favorable à l'Assemblée générale pour un statut intermédiaire d'Etat non-membre d'observateur aux Nations unies.

Le Vif.be, avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires