Accord européen sur les tests de résistance dans le nucléaire

25/05/11 à 11:36 - Mise à jour à 11:36

Source: Le Vif

Les autorités nationales de sûreté nucléaire des Vingt-Sept ont trouvé mardi soir un accord sur les tests de résistance des 143 réacteurs en service dans l'Union, mais ces simulations ne comporteront pas de scénarios terroristes, a annoncé la Commission européenne.

Accord européen sur les tests de résistance dans le nucléaire

© BELGA

Après le séisme et le tsunami du 11 mars au Japon, qui ont gravement accidenté la centrale atomique de Fukushima-Daiichi, les dirigeants européens s'étaient mis d'accord pour organiser de tels tests mais les experts de chaque pays en négociaient les conditions depuis deux mois.

Le commissaire européen à l'Energie, Günther Öttinger, a précisé mercredi que le terrorisme serait exclu des tests européens pour des raisons de sécurité nationale.

Günther Öttinger voulait des tests aussi exigeants que possibles, prévoyant notamment des cas d'attentats. Mais certains pays, dont la France, souhaitaient que ces scénarios soient testés uniquement par les agences nationales.

"La question de savoir comment se défendre contre les dangers du terrorisme n'est pas du ressort des autorités supranationales, mais fait partie de la sécurité intérieure nationale", a déclaré le commissaire à l'Energie au micro d'une radio allemande.

"Par conséquent, je respecte le fait que certains pays membres déclarent ne pas vouloir abattre leurs cartes. Cela pourrait même encourager le terrorisme", a-t-il ajouté.

L'Autriche, opposée au nucléaire depuis qu'elle a voté l'interdiction de nouvelles centrales en 1974, a fini par signer cet accord de compromis et a indiqué que ses exigences principales avait été respectées.

"Ce fut vraiment une rude bataille", a déclaré le ministre autrichien de l'Environnement Nikolaus Berlakovich à la radio autrichienne.

"Je me réjouis la mise en place pour la première fois d'un système de sécurité nucléaire au niveau européen. Le lobby nucléaire a tenté de s'y opposer, bien évidemment."

L'Express.fr

Nos partenaires