Accord entre Washington et La Havane pour la réouverture d'ambassades

01/07/15 à 07:12 - Mise à jour à 07:12

Source: Belga

Les Etats-Unis et Cuba, qui ont annoncé en décembre un rapprochement historique, ont trouvé un accord pour le rétablissement de leurs relations diplomatiques et la réouverture d'ambassades, a indiqué mardi un responsable américain.

Accord entre Washington et La Havane pour la réouverture d'ambassades

© Reuters

Le président américain Barack Obama fera cette annonce mercredi matin, a-t-on précisé de même source. Fin mai, Washington avait retiré La Havane de la liste noire des Etats "soutenant le terrorisme", étape cruciale qui ouvrait la voie à un échange d'ambassadeurs. "Nous annoncerons officiellement demain (mercredi) que les Etats-Unis et Cuba ont trouvé un accord pour rétablir des relations diplomatiques et ouvrir des ambassades dans leurs capitales respectives", a indiqué cette source sous couvert d'anonymat.

A La Havane, le ministère des Affaires étrangères a indiqué dans un bref communiqué que le ministre intérimaire Marcelino Medina, qui remplace en son absence le titulaire Bruno Rodriguez, doit recevoir jeudi une lettre de M. Obama des mains du chef de la Section d'intérêts américaine à Cuba Jeffrey DeLaurentis.

Le ministère n'a en revanche mentionné ni accord, ni annonce prochaine des autorités sur le sujet. Au-delà du rétablissement des relations diplomatiques demeure l'épineuse question de l'embargo, toujours en vigueur.

Décrété en février 1962 et sévèrement renforcé par la loi Helms-Burton de 1996, l'embargo américain total sur les transactions économiques et financières avec Cuba est régulièrement dénoncé par La Havane comme un obstacle au développement de l'île.

La nomination d'ambassadeurs permettra d'améliorer les relations entre les deux pays, mais "la normalisation est un autre sujet", a d'ores et déjà averti le président cubain Raul Castro. M. Obama a demandé au Congrès, dont les deux chambres sont contrôlées par ses adversaires républicains, de travailler à la levée de cet embargo. Mais l'issue des discussions en cours est incertaine et le processus législatif s'annonce long.

Nos partenaires