Abbas tient Israël pour "responsable" du meurtre d'un jeune Palestinien

02/07/14 à 14:18 - Mise à jour à 14:18

Source: Le Vif

La présidence palestinienne a déclaré mercredi tenir Israël pour "entièrement responsable" du kidnapping et du meurtre d'un adolescent palestinien à Jérusalem, apparemment commis en représailles au meurtre de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie.

Abbas tient Israël pour "responsable" du meurtre d'un jeune Palestinien

© Reuters

Le président palestinien Mahmoud Abbas a par ailleurs demandé au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de condamner l'enlèvement, comme il l'avait fait lui-même pour les trois jeunes Israéliens disparus en juin.

Il a aussi appelé Israël à "prendre des mesures concrètes sur le terrain pour arrêter les attaques de colons et le chaos qui résulte de ces agressions".

Peu après, M. Netanyahu a qualifié de "crime abominable" l'enlèvement et le meurtre de Mohammad Abou Khdeir, 16 ans, kidnappé alors qu'il faisait du stop dans le quartier de Chouafat, à Jérusalem-Est occupé et annexé, et retrouvé mort quelques heures plus tard dans la partie ouest de la ville, portant des traces de violences. "Le Premier ministre s'est entretenu avec le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch et a demandé l'ouverture d'une enquête pour retrouver dans les meilleurs délais les auteurs de ce crime abominable et en déterminer les circonstances", selon un communiqué du bureau de M. Netanyahu.

Affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens

De violents affrontements se déroulaient mercredi après-midi dans le quartier de Chouafat, à Jérusalem-Est occupé et annexé, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les heurts, opposant quelque 200 Palestiniens à la police israélienne, ont éclaté en début de matinée, peu après l'annonce de la mort de Mohammad Abou Khdeir.

Les habitants de ce quartier résidentiel se sont pressés aux abords de la maison de la famille Abou Khdeir, mais le rassemblement a rapidement été réprimé par les gardes-frontières israéliens, des scènes rappelant les intifadas (soulèvements) palestiniennes, selon des témoins.

Les policiers tiraient des balles caoutchoutées et des grenades assourdissantes en direction des manifestants, la plupart masqués, qui leur jetaient des pierres et, parfois, des cocktails Molotov et des pneus enflammés, dans la principale rue de Chouafat.

Un photographe de l'AFP a vu plus de 30 Palestiniens blessés par des balles caoutchoutées, dont deux journalistes de la TV palestinienne. Une porte-parole de la police a fait état de trois blessés légers.

Le quartier de Chouafat, proche d'un camp de réfugiés qui porte le même nom, était bouclé par les forces de sécurité israéliennes.

Nos partenaires