A qui reviendra le prix Nobel de la Paix 2012 ?

12/10/12 à 07:36 - Mise à jour à 07:36

Source: Le Vif

L'Union européenne, malgré la crise qui la traverse, et des militants des droits de l'Homme en Europe de l'Est font figure de favoris à l'attribution du prix Nobel de la Paix décerné ce vendredi à Oslo.

A qui reviendra le prix Nobel de la Paix 2012 ?

© Image Globe

Cette année, un total de 231 individus et organisations étaient en lice pour la prestigieuse récompense dans une édition qui semblait extrêmement ouverte jusqu'à ce que la télévision publique norvégienne NRK, généralement bien informée, fasse de l'UE "le grand favori" jeudi soir.

L'Union "est au beau milieu d'une de ses pires crises, mais peut-être est-ce précisément à un tel moment que ce projet de paix et de stabilité a besoin d'une main tendue de la part de la Norvège eurosceptique? ", a souligné NRK.

Un tel prix provoquerait un mini-séisme à la lumière de la désunion actuelle des Européens sur la façon de résoudre les problèmes de la zone euro plombée par le surendettement des pays du Sud. D'autant plus que l'opulente Norvège, pays hôte du prix de la Paix, a elle-même rejeté à deux reprises une adhésion, lors des référendums de 1972 et 1994.

Mais, 55 ans après le traité fondateur de Rome, ce Nobel viendrait réparer un oubli historique. Bon nombre de commentateurs s'accordent pour dire que le projet européen, qui a permis de pacifier un continent coutumier des guerres, était, après Gandhi, l'autre "grand absent" de la famille des lauréats.

Parmi les autres favoris des médias et experts figurent le militant bélarusse des droits de l'Homme Ales Beliaski, actuellement derrière les barreaux dans un pays au régime autoritaire, et la Russe Lioudmila Alexeeva qui défend les mêmes droits depuis plus d'un demi-siècle en URSS et en Russie.

Autres noms qui circulent à Oslo : le théoricien américain de la révolution non-violente Gene Sharp, l'ONG russe Memorial et une de ses fondatrices Svetlana Gannouchkina, l'évêque mexicain José Raul Vera Lopez ou encore la militante de la cause féminine afghane Sima Samar.

L'an dernier, le Nobel était allé à un trio féminin, les Libériennes Ellen Johnson Sirleaf et Leymah Gbowee et la Yéménite Tawakkol Karman.

Le nom du ou des lauréat(s) sera annoncé à l'Institut Nobel vendredi à 11H00.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires